1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. La France championne des investissements industriels étrangers
3 min de lecture

La France championne des investissements industriels étrangers

L'attractivité industrielle de la France pour les investisseurs étrangers reste en tête des pays européens, malgré les manifestations et les grèves.

La raffinerie d'agrocarburants de La Mède (Bouches-du-Rhône), le 16 avril 2015.
La raffinerie d'agrocarburants de La Mède (Bouches-du-Rhône), le 16 avril 2015.
Crédit : BERTRAND LANGLOIS / AFP
La France championne des investissements industriels étrangers
00:03:48
La France championne des investissements industriels étrangers
00:03:48
Martial You - édité par Esther Serrajordia

C'est une bonne nouvelle, la France est la championne d'Europe des investissements industriels étrangers. Le cabinet EY a rendu public son baromètre ce lundi 13 janvier. Et c'est une confirmation car nous l'étions déjà l'an dernier.

En fait, entre 2014 et 2018, les investissements étrangers ont progressé de 47% en France alors qu'en Allemagne (notre principal concurrent) la hausse est de 7% seulement sur la même période.

En 2018, on a enregistré 339 implantations étrangères. Grosso modo, la moitié étaient des ouvertures d'usines et l'autre moitié des extensions. Ça ne crée pas forcément énormément d'emplois car ce sont parfois des petites structures mais ça prouve que la France est perçue comme une "valeur refuge", un endroit finalement assez stable pour y investir, malgré les "gilets jaunes" et les manifestations anti-réforme des retraites

En tout cas, ce n'est pas l'image qu'ont de nous les investisseurs étrangers. Au cours de 2018, par exemple, le Royaume-Uni qui était le 2ème pays pour les investissements s'est effondré. Il est même sorti du podium puisque derrière la France, vous trouvez la Turquie et l'Allemagne.

L'aéronautique et l'énergie séduisent les étrangers

À lire aussi

Le Brexit et ses conséquences pour l'accès au marché européen inquiète beaucoup plus les investisseurs étrangers. Car l'Union Européenne est le premier marché de consommateurs au monde. L'Allemagne a perdu 7% de projets d'investissements en 2018, car le pays a décroché ces derniers mois à cause de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis. Lorsqu'on regarde les atouts économiques des pays... finalement, la France est assez stable.

En France, il y a deux secteurs qui séduisent les étrangers. Ils investissent dans l'aéronautique autour d'Airbus, dans l'énergie autour du nucléaire et d'EDF... et dans l'agriculture et l'agro-alimentaire.

Ça prouve qu'il y a un savoir-faire reconnu mais qu'on a aussi du mal à passer au 21ème siècle. Heureusement, on commence à voir monter des investissements dans une autre France plus moderne, dans les énergies renouvelables ou les technologies vertes. On nous reconnait une compétence sur les métiers liés à l'environnement.

Les investisseurs veulent de la stabilité fiscale

Autre bonne nouvelle : les investissements industriels se font peu en Île-de-France (3% du total). Près de la moitié des projets sont dans les Hauts-de-France, Grand-Est et Auvergne-Rhône-Alpes, dans nos bastions industriels. Ceux des 30 Glorieuses encore une fois.

Une suprématie européenne durable ? Il faut rester prudent. D'abord, on voit que les investisseurs s'inquiètent toujours de la capacité des gouvernements à tenir sur les réformes. Ils veulent de la stabilité fiscale et un droit du travail plus souple. L'arrivée d'Emmanuel Macron à l'Élysée les a rassurés en tant que réformateur.

Si les "gilets jaunes" ne les ont pas inquiétés car c'est un phénomène de grogne assez mondial avec la montée des populismes, en revanche, le report de la baisse des impôts sur les sociétés ou les aménagements sur la réforme des retraites peut être perçu comme une incapacité chronique à réformer.

Et puis, le Brexit Soft qui se profile va sans doute relancer le Royaume-Uni dans les prochains mois. Quant au tissu industriel allemand, il est beaucoup mieux structuré qu'en France, donc nos challengers vont se réveiller. C'est maintenant qu'on va voir si notre titre de champion d'Europe est solide.

Le plus : la contre-attaque de Carlos Ghosn se poursuit

Dans une interview au Figaro, publiée ce lundi, Carlos Ghosn confirme qu'il attaque Renault-Nissan aux Prud'hommes. Il remet en question sa démission et réclame les 770.000 euros par an de retraite. Une attitude jugée inappropriée par la Ministre du Travail, Muriel Penicaud.

La note : 18/20 à nos musées

Malgré les "gilets jaunes" et les manifestations, nos musées ont vécu une belle année 2019. On reste au-dessus de 9 millions et demi de visiteurs au Louvre, Orsay ou La Cité des Sciences qui battent leurs records... Et le Louvre Lens, le Mucem à Marseille et le musée Pompidou de Metz sont aussi nettement en hausse.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/