3 min de lecture Réforme des retraites

Grand âge : pourquoi le projet de loi met tant de temps à voir le jour

ÉCLAIRAGE - Prendre soin de 5 millions de personnes âgées de plus de 85 ans d’ici à 2050, cela va demander des moyens.

L'Eco and You - Martial You L'éco and You Martial You iTunes RSS
>
Grand âge : pourquoi le projet de loi met tant de temps à voir le jour Crédit Image : PHILIPPE HUGUEN / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Anais Bouissou
Anaïs Bouissou édité par Gregory Fortune

Depuis le début du quinquennat d'Emmanuel Macron, le thème du grand âge a souvent été abordé, un budget pour les personnes âgées a régulièrement été promis, et même une loi. Le dossier a légèrement avancé mercredi 8 janvier : la ministre de la Santé Agnès Buzyn a annoncé aux professionnels réunis par le syndicat des établissements privés, le Synerpa, la nomination rapide d'une personne pour animer une conférence sociale. 

Bien sûr, ce n'est pas encore à une révolution. Mais c’est un pas, un de plus après une petite phrase sur la dépendance dans les vœux du président de la République. Des petits mots, des rappels, mais aussi des réunions en interne qui montrent qu’un projet de loi grand âge n’est pas abandonné. Et dans le contexte actuel avec le bourbier des retraites, les professionnels du secteur commençaient sérieusement à s’inquiéter.

Alors, y aura-t-il une loi ? C’est en tout cas la volonté du gouvernement : un projet de loi en 2020. Les plus optimistes parlent même du printemps. Ce serait en tout cas pour l’exécutif une façon de proposer un sujet qui concerne tout le monde et qui plaise à l’opinion, d’ouvrir enfin un chantier social qui ne donne pas l’impression qu’on cherche à faire des économies.

Déjà trois ans de concertations et de rapports

Il faudra toutefois que la méthode catastrophique utilisée pour la réforme des retraites change, glisse un conseiller. En clair, toutes ces réunions sans annonces, ces semaines soi-disant décisives sans rien de neuf. Sur le grand âge, cela fait déjà presque trois ans que ça traîne à coup de concertations et de rapports. 

À lire aussi
À partir du 1er novembre, les futurs allocataires de l'assurance chômage seront soumis à de nouvelles formules d'indemnisation. travail
Réforme de l'assurance chômage : des syndicalistes et parlementaires exigent son abandon

Tous ces rapports sont très intéressants, reconnus par les acteurs du secteur. Le dernier en date, c’est celui de l’ancienne ministre du Travail Myriam El Khomri, sur les métiers du grand âge. Auparavant, le rapport Libault expliquait précisément ce qu’il faut faire pour enfin mieux prendre soin de nos aînés. 

Trouver le budget

Si le sujet avance si lentement, c'est pour des raisons budgétaires. Prendre soin de 5 millions de personnes âgées de plus de 85 ans à moyen terme, d’ici 2050, cela va demander des moyens : embaucher plus de personnels en maisons de retraite, cela coûte cher.

Récemment, les directeurs d’établissements publics ont estimé à 36.000 leur besoins d’embauche d’ici quatre ans, rien que pour les Ehpad publics. Et cela pour que les soignants aient, par exemple, enfin une demi-heure à consacrer à la toilette d’un résident.

Il y a aussi les salaires des soignants, en Ehpad comme à domicile. Faire en sorte qu’un aide à domicile ne soit pas bloqué 13 ans au Smic aussi demande un minimum d’investissement. Tout compris, la facture atteint des dizaines de milliards d’euros. Et forcément, ça a de quoi effrayer l’administration et les gestionnaires de Bercy.

Le plus : vers un allègement de la législation anti-crise pour les banques ?

Alléger les règles qui obligent les banques à lutter contre une crise financière : c’est la proposition faite et votée par les députés cette semaine. Les règles internationales mises en place suite à la crise de 2008 sont jugées trop contraignantes pour les banques françaises.

Ce point de vue peut s’entendre mais reprend mot pour mot les arguments des lobbies bancaires et est jugé très sévèrement par le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau. Assouplir les législations, ce serait dit-il "très grave" et ce serait "céder à la tentation de l’oubli, 10 ans après la crise financière".

La note : 12/20 à l’enseigne Lidl

L’enseigne de grande distribution est en train de faire oublier son image de hard-discount, avec des produits pas chers mais pas bons non plus. Et cela grâce au sport. Lidl sponsorise le handball français depuis quatre ans maintenant. La 1ère division masculine a même été rebaptisée "Lidl Starligue". L’enseigne allemande mise beaucoup sur les clubs mais aussi sur la performance de l'équipe de France à l’Euro de handball, qui débute jeudi 9 janvier en Suède.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réforme des retraites Compte pénibilité Syndicats
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants