1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. INFO RTL - Livraisons express : la mairie de Paris va réguler l'installation des magasins fantômes
2 min de lecture

INFO RTL - Livraisons express : la mairie de Paris va réguler l'installation des magasins fantômes

Info RTL La municipalité vient de dresser des procès verbaux à ceux qui ne respectent pas les règles et va convoquer toutes les start-up en mars pour leur faire signer une charte de bonne conduite.

Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la maire de Paris.
Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la maire de Paris.
Crédit : PATRICK KOVARIK / AFP
INFO RTL - Livraisons express : la mairie de Paris va réguler l'installation des magasins fantômes
02:54
Arnaud Tousch - édité par Benoît Leroy

Ils se nomment Cajoo, Getir, Flink ou encore GoPuff. Leur crédo ? Vous livrer vos courses en moins d'un quart d'heure. Pour réussir cette mission, ils s'installent tous les 2 km dans les grandes villes françaises pour vous livrer au plus vite, à vélo

Mais plusieurs municipalités s'élèvent contre ces nouvelles installations. Pourtant, à Rouen, Lyon et Paris elles ne veulent pas interdire ces nouveaux services, mais bien les réguler.

Souvent, ces magasins fantômes s'installent en rez-de-chaussée, parfois à la place d'anciens commerces. Les vitrines sont masquées et il n'y a aucun client à l'intérieur, uniquement des préparateurs de commandes et des livreurs. Problème, selon la mairie de Paris, ces nouveaux acteurs ne déclarent pas correctement leurs locaux et restent en "commerce" alors qu'il s'agit en réalité d'entrepôts logistiques

Selon les informations de RTL, 12 procès-verbaux ont d'ores et déjà été établis pour demander aux propriétaires de se conformer à la loi, le plan local d'urbanisme. S'ils ne le font pas dans un délai de 2 mois, ils devront payer 500 euros par jour et jusqu'à 25.000 euros par magasin fantôme. Dans tous les cas, la mairie transmettra les dossiers à la justice. 

Vers une charte de bonne conduite

À lire aussi

"Il y a une course de vitesse folle entre plusieurs acteurs avec des investissements colossaux. Ils n'ont pas respecté les règles. Nous sommes inquiets sur l'impact que cela peut avoir sur le commerce de proximité", explique Emmanuel Grégoire à RTL, ce lundi 24 janvier.

Ce que craint la municipalité, c'est que certains quartiers changent de visage avec des rues qui accueillaient jusque-là des commerces traditionnels et que désormais les vitrines soient opacifiées et laisse place à des entrepôts urbains et plus aucune clientèle physique

"Il ne s’agit pas d’interdire ces nouvelles offres de services, mais d’en limiter au maximum les effets pervers", explique par ailleurs l'élu parisien à RTL qui va également convoquer tous les acteurs au mois de mars pour leur faire signer une charte de bonne conduite.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/