1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Nucléaire : la fragilité des réacteurs, menacés par la corrosion, inquiète
2 min de lecture

Nucléaire : la fragilité des réacteurs, menacés par la corrosion, inquiète

Un récent problème de corrosion laisse craindre des réparations nécessaires sur les réacteurs du parc nucléaire français, selon l'Agence de sûreté nucléaire.

Une centrale nucléaire (illustration)
Une centrale nucléaire (illustration)
Crédit : AFP / Archives, Éric Lalmand
Nucléaire : la fragilité des réacteurs inquiète l'ASN
02:10
Nucléaire : la fragilité des réacteurs inquiète l'ASN
02:10
Sophie Joussellin - édité par Jérémy Billault

Le nucléaire est-il l'énergie du futur ? Alors que la gauche souhaite en sortir, Emmanuel Macron et d'autres candidats souhaitent créer de nouveaux réacteurs. Mais l'autorité de sureté nucléaire (ASN) a tapé, ce mardi 18 janvier, du poing sur la table. 

L'organisme qui s'occupe de la sécurité de nos centrales s'inquiète de leur fragilité. Fragilité, pas sur le plan de la sûreté (l'ASN parle là d'une situation satisfaisante), mais sur le plan de la disponibilité des réacteurs, une dizaine est actuellement fermée. En plein hiver, on atteint un plus bas historique pour cause de maintenance, de retard dû au confinement.

Et s'ajoute à cela un récent problème de corrosion sur certains réacteursCinq sont concernés pour l'instant, les deux de Chooz, de Civaux et un à Penly. L'inquiétude de l'ASN, c'est que ce défaut soit générique, qu'il touche tous les réacteurs

Et là le président de l'autorité de sureté nucléaire a été cash. Si c'est le cas, il faudra les fermer pour les réparer, pas tous en même temps, mais ça fragilisera le parc nucléaire français.

L'ASN appelle à un plan Marshall du nucléaire

À lire aussi

L'ASN prévient : des centrales qui vieillissent bien, ce n'est pas gagné. La France veut maintenir 50% de part du nucléaire dans le mix énergétique en 2050. Mais elle projette de fermer 12 réacteurs sur les 56 actuels, donc on fera avec des nouveaux.

Encore faut-il le temps de les construire. Certains anciens réacteurs resteront également, mais à condition qu'ils soient encore en état de fonctionner : ils auront plus de 50 ans et il n'est pas acquis aujourd'hui qu'ils seront encore sûrs.

L'Autorité appelle donc à un plan Marshall, c'est-à-dire à beaucoup de moyens, beaucoup d'embauches de personnel compétent. Le président de l'Autorité de sûreté nucléaire a mentionné l'embauche de 4.000 ingénieurs par an sur plusieurs années pour construire des nouveaux réacteurs et mettre à niveau si possible les anciens qui resteront en service.

L'équipe de l'émission vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/