2 min de lecture Immobilier

Immobilier : les citadins s'éloignent des centre-villes

Le marché de l'immobilier est reparti à la hausse après le confinement, tiré par des citadins qui ont envie de vert et cherchent à s'éloigner des centre-villes.

Eco_245x300 L'éco and You Martial You iTunes RSS
>
Immobilier : les citadins s'éloignent des centre-villes Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Eco and You - Martial You
Martial You édité par Benoît Collet

Ça y est, les premiers effets du confinement se font sentir sur le marché immobilier. Les notaires ont publié les chiffres des transactions immobilières le 10 septembre, et pour la première fois depuis 2007, les prix en banlieue ont progressé plus vite que ceux de Paris intra-muros. Voilà qui pourrait traduire l'envie de vert de Parisiens coincés pendant deux mois dans de petits appartements.


Les notaires prévoient que les prix vont monter de 6,6% à Paris intra-muros d'ici la fin de cette année. Mais pour les maisons et les appartements de la petite couronne, la hausse est plus importante encore : +9%. En grande couronne, le prix des maisons devrait monter de 7,6%.

Il est probable également que pendant le confinement, les habitants des grandes agglomérations et notamment les Parisiens aient affiné leurs projets de déménagement.
C'est ce qui explique que le nombre de transactions est reparti très vite après le confinement.

Les villes à une heure de Paris ont la cote

Par ailleurs, les ventes qui ne se sont pas faites durant le confinement ont été rattrapées en avril, mai et juin. Cette année, le nombre de transactions est supérieur au million, ce qui est un niveau très haut.

À lire aussi
Julien Courbet Julien Courbet
Immobilier : il risque la rue car la maison qu'il vient d'acheter est inhabitable

Les biens vendus sont donc de plus en plus loin des centre-villes, et le télétravail permet à de plus en plus de personnes d'envisager cette possibilité. Ce phénomène d'éloignement des grandes agglomérations se retrouve aussi en province. 

Les acheteurs potentiels sont de plus en plus prêts à devenir des "pendulaires" c'est-à-dire, dans le cas de Paris par exemple, un travailleur qui habite à une heure de TGV de la capitale. Le train est redevenu un mode de transport domicile/travail pour ceux qui ont des aspirations écologiques.


Ainsi, les prix de l'immobilier des villes à 1 heure de TGV de Paris progressent plus vite que la moyenne nationale : Reims (+7,6%), Rouen (+7,4%), Poitiers (+7,3%).

Le redémarrage en force du marché de l'immobilier est peut-être également à lier avec les 100 milliards d'euros d'épargne mis de côté pendant le confinement par les Français. Plus que jamais en cette période d'incertitude, les épargnants placent leur argent dans des valeurs sûres : le livret A et la pierre. 

Le plus

David Beckham change de terrain de jeu, en entrant dans la finance. Il a investi 27 millions dans une entreprise de e-sport, Guild Esports, qui va entrer à la City.

La note

18/20 à Jane Fraser, la patronne de la banque américaine Citi, la première femme à diriger une banque aux États-Unis. Une première qu'il convenait de saluer.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Immobilier Paris Confinement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants