2 min de lecture Coronavirus

Covid-19 : les milliardaires n'ont jamais été aussi riches, malgré la crise

ÉDITO - La fortune des quelque 2.200 milliardaires dans le monde a progressé de 27 % pendant le confinement, pour atteindre le montant de 10.200 milliards de dollars.

Francois Lenglet ok Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Covid-19 : les milliardaires n'ont jamais été aussi riches, malgré la crise Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Paul Turban

Les milliardaires n'ont jamais été aussi riches, révèle une étude de la banque UBS. La fortune des quelque 2.200 milliardaires dans le monde a progressé de 27 % pendant le confinement, pour atteindre le montant de 10.200 milliards de dollars, ce qui équivaut à environ 9.200 milliards d'euros. C'est presque quatre années de PIB français. Et c'est un montant supérieur au précédent record, atteint en 2017, année de reprise mondiale

La concentration de la richesse dans le monde est désormais comparable à celle de la Belle époque, tout au début du XXe siècle, estiment les auteurs de l'étude, lorsque les Rockfeller et les Vanderbildt dominaient le monde.
 
Malgré une croissance économique à l'arrêt au printemps, cela est possible à cause du rebond de la bourse. Nombre de ces entrepreneurs, fondateurs d'Amazon ou de Tesla, ont profité de l'effondrement des cours, en mars, pour racheter leurs titres sur les marchés. Ils ont donc pris l'ascenseur de la reprise boursière. 

En particulier dans le domaine de la technologie, secteur qui a profité du confinement avec le télétravail et l'essor du e-commerce, et a vu des cours bondir et dans le domaine de la santé. Et pas seulement. Notre milliardaire, Bernard Arnault, patron et fondateur de LVMH, a vu le cours de bourse de son entreprise revenir tout près du niveau très élevé où il était avant l'épidémie.

Quand ça va bien, ils s'enrichissent, et quand ça va mal, ils s'enrichissent

Les milliardaires s'enrichissent davantage lorsque ça va mal, grâce aux politiques de soutien à l'économie mises en oeuvre. Ces politiques, c'est la création d'argent par les banques centrales, qui arrosent les marchés financiers, dans l'espoir que cela finisse par ruisseler dans l'économie réelle, la nôtre. 

À lire aussi
politique
Coronavirus : Olivier Véran demande de "ne plus utiliser de masque artisanal"

Mais le premier effet de ces injections de milliers de milliards, c'est de faire monter les cours de bourse. C'est comme si on ouvrait un robinet pour donner à boire, que tout le monde faisait la queue devant, et que nos milliardaires étaient les premiers de la file, et avec une bassine quand les autres ont un dé à coudre.

L'argent ruisselle, mais pas jusqu'aux plus pauvres

Pour la classe moyenne en France, cet argent injecté dans l'économie est quand même arrivé, via l'État, qui a mis en place le chômage partiel et les différentes aides, justement avec les fonds de la Banque centrale. 

Mais c'est en dessous le problème. Les précaires, les CDD non renouvelés, les auto-entrepreneurs sans clients, les étudiants sans clients... les pauvres, dont le nombre a progressé de plusieurs centaines de milliers dans notre pays. Pour ceux-là, le robinet est fermé. Les associations humanitaires les voient littéralement affluer dans leurs centres d'aide alimentaire. C'est l'effet pervers des politiques monétaires largement adoptées par l'Europe, le Japon et les Etats-Unis : elles aident beaucoup plus les riches que les pauvres.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Économie Millionnaires
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants