2 min de lecture Économie

"Ces crises débouchent toujours sur une période de croissance", assure François Lenglet

INVITÉ RTL - Le journaliste économique publie un nouveau livre et prévient qu'on ne pourra pas échapper au remboursement de la dette.

Yves Calvi_ 6 Minutes pour Trancher Yves Calvi iTunes RSS
>
"Ces crises débouchent toujours sur une période de croissance", dit François Lenglet Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi édité par Louis Chahuneau

Un nouveau livre qui devrait faire du bruit. Le journaliste économique François Lenglet publie Quoi qu'il en coûte ! Qui va vraiment payer ? (Albin Michel) sur la crise économique liée à la pandémie de Covid-19.

Selon lui, la plus grosse inquiétude reste le remboursement de la dette : "Le problème c'est cette dette accumulée ces derniers mois, qui est du même ordre que celle d'après la crise financière de 2008. Circule l'idée que nous n'allons pas devoir rembourser la dette, que ce n'est pas très grave, c'est ça que je combats. Ça n'a pas de sens. À chaque fois qu'on n'a pas su rembourser la dette, c'est l'épargnant qui a payé".

Pour le chroniqueur de RTL, "dette et épargne sont les deux phases de la même monnaie. On a les quatre, cinq plus grandes banques centrales du monde qui créent des milliers de milliards d'euros, et quand on crée la monnaie avec une telle intempérance, la monnaie perd de sa valeur".

Faire des travaux chez soi ou acheter des actions solides

Alors faut-il planquer son argent ? Acheter de l'or ou épargner ? Pas forcément selon François Lenglet : "L'immobilier reste une valeur solide, faire des travaux dans sa maison, acheter des actions d'entreprise, ça reste des paris solides".

À lire aussi
À Pornichet, les centres de thalassos ont la côte pendant les vacances de la Toussaint, même en mode Covid. Coronavirus France
Coronavirus : comment se porte le tourisme pour ces vacances de la Toussaint ?

Pour autant, le journaliste reste optimiste : "Nous sommes pris dans une vaste crise de transition qui arrive une ou deux fois par siècles. C'est la fin d'une époque. Mais ces crises débouchent toujours sur une longue période de croissance. La mauvaise nouvelle c'est qu'on est dans la crise, la bonne c'est qu'après ça devrait aller beaucoup mieux, parce qu'il y a du carburant pour la croissance".

Pour certains économistes et politiques, le libéralisme a fait son temps, notamment à cause de son impact sur le réchauffement climatique. François Lenglet partage le constat sur cette obsolescence : "Le libéralisme correspond à une génération d'après-guerre de baby-boomers, pour laquelle le désir de liberté était important. Et donc elle a imposé son idéologie naturelle. Mais cela finit toujours de la même manière : une crise. Et c'est le besoin de protection qui prévaut".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie François Lenglet Crise économique
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants