1. Accueil
  2. Actu
  3. Economie et Consommation
  4. Coronavirus : pourquoi le marché du meuble résiste-t-il à la crise ?

Coronavirus : pourquoi le marché du meuble résiste-t-il à la crise ?

En pleine crise sanitaire, le marché du meuble se porte plutôt bien encouragé par le télétravail et les différentes périodes de confinement.

Une étudiante en télétravail (illustration)
Une étudiante en télétravail (illustration)
Crédit : Photo de Vlada Karpovich provenant de Pexels
Un grand souffle de printemps sur le mobilier de jardin !
03:24
Un grand souffle de printemps sur le mobilier de jardin
03:24
L'Eco and You - Martial You
Martial You
Journaliste

Les Français et les Françaises ont passé une partie de l'année dernière à la maison... Du coup, ils en ont profité pour changer leurs meubles. Notamment au jardin. C'est la fameuse "Cocoon Economy" dont je vous parle souvent. Le marché du meuble est intéressant car c'est vraiment le miroir de notre consommation au cours des derniers mois.

La croissance française s'est écroulée de 8 à 10% l'an dernier, mais le secteur du meuble n'a reculé que de 4,8%, deux fois moins. C'est donc de très bon augure pour l'année 2021 où l'OCDE annonce un redécollage de notre économie de 6%.

Pourquoi les salons de jardin se vendent-ils aussi bien ? Pour les salons de jardin, on est sur une hausse de 4,2% sur l'ensemble de l'année 2020. C'est l'effet confinement au printemps. On a été enfermé chez nous juste avant un printemps très doux. Les professionnels des meubles de jardin avaient des stocks complets et on a acheté tables, chaises, pergolas pour prendre l'apéro à l'extérieur.

Rappelez-vous aussi que les jardineries et les magasins de bricolage où l'on trouve ces produits aussi ont été parmi les commerces qui ont pu rester ouverts pendant presque toute l'année. On se souvient aussi des ventes d'appareils de cuisine ou même de piscines qui ont décollé car la population française souhaitait investir dans leur maison puisqu'ils ne pouvaient plus voyager ou sortir.

Un effet télétravail ?

À lire aussi

Le télétravail a également joué rôle dans cet engouement pour le mobilier car c'est un secteur qui dépend beaucoup du marché de l'immobilier. D'abord, le télétravail nous a enfermés chez nous, en nous obligeant à nous équiper en fauteuil, bureau et ordinateurs pour travailler à domicile.

Mais, il a surtout poussé beaucoup d'urbains à penser "déménagement". Un quart des habitants des grandes agglomérations souhaitent déménager dans des villes moyennes. Tous ne le feront pas mais 2020 a quand même été une année historique avec plus d'un million de transactions malgré le confinement... 2021 sera sans doute aussi portée par cette envie de verdure.

À chaque fois, cela s'accompagne d'un changement de meubles, de décoration, de literie qui est favorable au secteur. On a aussi un regain d'intérêt pour la résidence secondaire où on ne passe pas que quelques semaines de vacances mais où on peut se replier pour télétravailler à la campagne. Du coup, on la meuble un peu mieux.
 
IKEA sera un des grands gagnants de nos achats mais la moitié des meubles vendus sur le territoire sont "made in France", c'est un vrai poids lourd de notre industrie.

L'épargne des Français

Souvenez-vous, les professionnels avaient milité il y a quelques années pour qu'on puisse débloquer l'épargne salariale pour acheter des meubles. Et là aussi, c'est positif pour les prochains mois avec plus de 100 milliards mis de côté. On constate d'ailleurs une hausse du panier... les Français et les Françaises dépensent plus. Du jamais vu depuis 20 ans.

Et la fermeture des magasins de plus de 10.000 mètres carrés ne semble pas constituer de difficultés car les chiffres de ce début d'année sont en progression, tout simplement parce qu'une partie des ventes se font sur internet aujourd'hui. IKEA réalise la moitié de ses ventes sur Internet. C'est l'avantage d'avoir des meubles standardisés.

Mais globalement, les ventes en ligne progressent aussi. Avec une envolée du marché de l'occasion. C'est l'économie circulaire qui se développe depuis quelques mois maintenant. Une envolée de bois vert pour l'ameublement !

Le Plus : notre budget streaming

15 euros par mois : c'est le coût moyen de nos abonnements aux Netflix, Amazon, Disney ou Salto... Avec le confinement, le CSA et HADOPI ont noté le boom des offres souscrites par les ménages : on est passé de 36% des foyers à 46%... plus de 22 millions de Français sont abonnés à une offre de ce type.

La Note : 15/20 aux stations services

Une bonne note car elles ont bien résisté à la crise. Malgré la chute des déplacements avec le confinement et le télétravail, l'UFIP qui représente le secteur pétrolier en France constate qu'il n'y a eu que 33 fermetures l'an dernier. Une stabilité : elles ont été sauvées par leur activité de réparation et par leurs boutiques qui sont restées ouvertes pendant le confinement.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/