1. Accueil
  2. Actu
  3. Débats et société
  4. L'index égalité professionnelle, un outil insuffisant pour atteindre la parité en entreprise

L'index égalité professionnelle, un outil insuffisant pour atteindre la parité en entreprise

Élisabeth Borne a dévoilé lundi 8 mars, à l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, les résultats de l'index égalité professionnelle.

Index de l'égalité salariale hommes-femmes
Index de l'égalité salariale hommes-femmes
Crédit : iStock / Getty Images Plus
L'index égalité H/F : pas forcément une protection pour les femmes en période de crise
03:36
L'index égalité H/F : pas forcément une protection pour les femmes en période de crise
03:36
L'Eco and You - Martial You
Martial You
Journaliste

Le 8 mars, c'est la Journée internationale des Droits des Femmes, premières victimes de la crise. Et l'index égalité professionnelle présenté par Élisabeth Borne ne va pas les protéger. Cette pandémie frappe les plus fragiles, comme toujours depuis le début. Et dans le monde de l'entreprise, les femmes sont plus fragiles que les hommes. En tout cas, sur le plan de la parité.

L'index impose aux groupes de plus de 50 salariés de mesurer les critères d'égalité entre les sexes. Mais il y a un petit astérisque qui risque de prendre beaucoup de place dans les prochains mois. Les entreprises qui seraient en pleine restructuration, en cours de rachat par une autre ou en grande difficulté économique sont exonérées d'index. Elles ont droit de suspendre leurs efforts en matière d'égalité femmes-hommes. On peut comprendre qu'une société en pleine crise ait d'autres priorités mais il ne faudrait pas que les plans sociaux se traduisent par un fossé qui se creuse entre les hommes et les femmes.

Des progrès pour réduire les écarts

On a quand même fait des progrès sur le plan de la réduction des écarts. Notamment sur la présence des femmes dans les conseils d'administration. Il y a 10 ans, la loi Copé-Zimmermann imposait d'arriver à la parité dans des instances où on trouvait beaucoup de mâles blancs de plus de 50 ans comme on disait à l'époque.

On est passé de 12,5% de femmes dans ces conclaves en 2010 à 45,8% aujourd'hui. La France est championne d'Europe sur ce point. Même Bercy fait des efforts puisque la citadelle des comptes publics où il y a beaucoup de chefs de services masculin va éviter les amendes pour la première fois, cette année. 

Le tabou des quotas

À lire aussi

Élisabeth Moreno, la Ministre déléguée chargée de l'égalité femmes-hommes le disait dimanche sur RTL dans Le Grand Jury : "il faut des quotas". Certains vont y voir une américanisation des esprits mais c'est aussi un bon moyen de mettre des mots et des chiffres, sur une situation qui touche toutes les minorités - un moyen de les protéger au final. Même si cela semble artificiel au départ, on nous dit qu'on manque de candidates pour des postes de direction. Cela prouve tout simplement qu'il y a un problème. 

Et il faut être sensible à maintenir ces équilibres car, avec la crise, avec le confinement et le télétravail, on a vu que les femmes étaient plus proches du burn-out que les hommes, qu'elles ont moins d'espace de travail à la maison que les hommes et qu'elles sont plus souvent dérangées quand elles travaillent à domicile que les hommes. Donc les stéréotypes ont la vie dure surtout quand la vie devient plus dure.

Le combat des salaires

Aujourd'hui les principaux combats sont ceux des salaires et des postes de décision. Car on se réjouit de retrouver les femmes dans les conseils d'administration - c'est bien pour la photo - mais là où on décide vraiment de la stratégie de l'entreprise, là où on gouverne, c'est dans les comités exécutifs et dans les comités de direction. Et là, cruel retour en arrière, on n'y trouve que 22% de femmes. Dans le CAC40, il n'y a toujours qu'une femme Directrice-Générale, Catherine McGregor, patronne d'Engie. Une loi est en préparation pour imposer 30% de femmes parmi les 10% de postes dirigeants des grandes entreprises d'ici 5 ans. 

Côté salaire, il y a encore de quoi être révolté... Savez-vous qu'un homme qui travaille à l'export gagne 17% de plus qu'en France ? Une femme expatriée, elle, ne gagne que 13% de plus ? L'écart de salaire entre hommes et femmes chez les cadres est encore de 7% et il ne bouge plus depuis 2016.

La France est la plus en pointe en Europe sur cette question aussi. Mais, en fait, il suffit de comprendre une chose : on a plus de chance de constituer la meilleure équipe pour son entreprise si on recrute sur 100% de la population que si on se concentre que sur la moitié... que sur les hommes.

Le plus : Deliveroo soigne ses livreurs

La société prépare son introduction en bourse et elle annonce qu'elle va verser une prime exceptionnelle à ses 36.000 livreurs qui ont réalisé plus de 2.000 courses au cours de l'année dernière. Ils toucheront entre 232 euros et... 11.600 euros pour les plus actifs.

La note : 8/20 à Microsoft

La société a dû reconnaitre qu'elle était victime d'un piratage géant qui passe par le serveur de mails "Exchange" : 60.000 entreprises dans le monde  en seraient victimes. Microsoft accuse carrément un groupe de hackers HAFNIUM qui serait soutenu, selon eux, par le gouvernement chinois.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/