3 min de lecture Emploi

Coronavirus : Lenglet explique pourquoi le travail des femmes est plus impacté

ÉDITO - L'épidémie de coronavirus a pénalisé davantage les femmes que les hommes sur le plan de l'emploi. Alors qu'elles comptent pour 39% de la population active mondiale, elles occupent 54% des emplois à risque à cause de l'épidémie.

Francois Lenglet Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Coronavirus : Lenglet explique pourquoi le travail des femmes est plus impacté Crédit Image : JEFF PACHOUD / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet Journaliste RTL

Sur le marché de l'emploi, le coronavirus s'en prend davantage aux femmes. C'est ce que nous apprend le cabinet de Conseil Mac Kinsey, avec une étude repérée par l'hebdomadaire Challenges. L'épidémie est sexiste, en quelque sorte.

Tout d'abord pour une raison qui tient à la structure du marché de l'emploi dans le monde : les secteurs les plus exposés à la crise économique sont des secteurs où les femmes sont les plus nombreuses. Ce sont les services comme la restauration ou le commerce, qui subissent une forte baisse d'activité à cause des restrictions de circulation.

L'industrie, qui a été moins affectée, parce que les interactions sociales au travail y sont moins nombreuses, reste un monde largement masculin. C'est le marché du travail qui est, sinon sexiste, du moins sexué, ou genré, pour utiliser un nouveau mot. C'est le résultat de biais culturels et historiques, qui dissuadent les femmes d'aller dans la plupart des secteurs industriels. Même si ça n'est pas vrai dans toute l'industrie : l'agro-alimentaire, par exemple, fait travailler davantage de femmes que l'aéronautique.

Les femmes plus touchés par le chômage

Les femmes ont donc perdu leur travail davantage que les hommes. C'est ce que nous dit Mac Kinsey : alors que les femmes comptent pour 39% de la population active mondiale, elles occupent 54% des emplois à risque à cause de l'épidémie. Elles sont aussi plus nombreuses chez les précaires, temps partiels, dont les emplois ont été les premiers supprimés. Avec une incidence sur le chômage.

À lire aussi
Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l'Industrie, invitée du Grand Jury le 20 septembre 2020 emploi
Bridgestone : "Un accord de méthode a été signé", annonce Pannier-Runacher sur RTL

Selon le Fonds monétaire international, au printemps 2020, le taux de sans emploi féminin était de deux points supérieur à celui des hommes. Une pénalisation qui s'ajoute à celle que les femmes ont subie pendant le confinement où, à peu près partout dans le monde, elles ont assumé des tâches domestiques accrues de 20 à 30%, en plus du télétravail ou du travail tout court, à cause de la présence des enfants à la maison et non pas à l'école.

La fin du confinement a-t-elle permis aux femmes de voir leur sort économique s'améliorer

Pas vraiment… Même dans les secteurs qui ont moins souffert, à cause de la sélectivité du marché du travail, un phénomène classique qui fait que les embauches, lorsqu'elles sont en faible nombre, se portent en priorité sur les hommes entre 25 et 45 ans. Les jeunes, les seniors et les femmes ont beaucoup plus de difficultés à retrouver un emploi que les autres.

Les femmes cheffes d'État ont-elles mieux géré la crise ?

Le virus révèle donc, plus qu'il ne provoque, le handicap persistant des femmes sur le marché du travail. Un paradoxe, alors que les états dirigés par des femmes ont bien mieux résisté à l'épidémie que les autres.

Ça n'a rien de statistique, c'est même probablement une coïncidence, vu le petit nombre de pays concerné. Coïncidence pointée par le magazine américain Forbes. Taïwan, présidée par une femme, Tsai Ingwen, La Nouvelle-Zélande, dirigée par une jeune femme, Jacinda Ardern, la Norvège, le Danemark, et bien sûr l'Allemagne, avec Angela Merkel, figurent parmi les pays au monde où le nombre de cas et de victimes, en proportion de la population, ont été les plus faibles.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Emploi Crise économique Coronavirus France
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants