2 min de lecture Économie

Coronavirus : est-ce envisageable d'effacer les dettes des États ?

PODCAST - Chaque jour, François Lenglet et Catherine Mangin se penchent sur les bouleversements économiques que provoque la crise du coronavirus. Dans cet épisode, ils s'intéressent à l'endettement vertigineux des pays depuis la crise du Covid-19.

Lenglet - HS Hors Série : Lenglet-Co : Le monde d'après François Lenglet & Catherine Mangin iTunes RSS
>
18. Coronavirus : est-ce envisageable d'effacer les dettes des États ? Crédit Image : RTL Originals | Crédit Média : RTL Originals | Durée : | Date : La page de l'émission
Sylvain Zimmermann
Sylvain Zimmermann
Journaliste RTL

Gérald Darmanin a une nouvelle fois corrigé ses prévisions économiques et budgétaires ce mardi 14 avril. La dette publique française devrait donc passer de 98% de la richesse nationale en 2019 à 115 % en 2020. Soit un bon de 17% du PIB. C’est vertigineux et sans précédent.

Même en 2009, la dette avait fait un bon de 14%, et encore les chiffres annoncés par le ministre de l'Action et des Comptes publics ne sont que provisoires. À la fin février, Bercy évaluait l’impact économique de la crise du Covid-19 à 0,1% de récession, on a un recul de 8% aujourd’hui, c’est 80% de plus.

Dans les 17 points d’augmentation de la dette, une partie provient des centaines de milliard d’euros qu’il faut emprunter pour financer le chômage partiel, les aides aux entreprises et aux ménages. Mais une autre est liée à une sorte d’effet d’optique : la dette est mesurée en pourcentage de la richesse nationale et celle-ci baisse fortement du fait de la récession. Donc cela augmente artificiellement la valeur de la dette exprimée en points de PIB.

Les grands pays dépassent 100% du PIB en dettes

Est-ce que cela va continuer longtemps ? On peut avoir l’impression que cette dette galope. Tous les économistes s’accordent pour dire qu’il y a une limite à l’endettement mais personne ne la situe au même endroit… Certains disent qu’à partir de 90% les problèmes commencent à s’accumuler. D’autres disent : "Pas du tout, regardez le Japon, qui est une des principales économies mondiales, endetté à auteur de 250% du PIB". C’est à dire deux fois plus que la France.

À lire aussi
Le fondateur d'Amazon, Jeff Bezos économie
Nantes : entre 1.500 et 2.000 manifestants contre un site d'Amazon

Aujourd’hui, tous les grands pays dépassent 100% du PIB en dettes, sauf l’Allemagne. La norme mondiale a changé. On entend de plus en plus parler de moratoire généralisé ou de remises de dettes universelles. Est-ce vraisemblable ? "C'est possible pour les pays pauvres, déclare François Lenglet. Pour les autres, comme la France, si vous récusez la dette, vous créez des trous autre part. Si les pays de la Zone Euro ne veulent pas rembourser la dette, notre épargne disparaît."

Abonnez-vous à ce podcast

>> Hors-série Lenglet-Co : crise du coronavirus, un podcast quotidien présenté par François Lenglet et Catherine Mangin, qui vous donne les clés pour tout comprendre des évolutions et révolutions provoquées par la crise du coronavirus en France, en Europe et dans le monde.

Si vous souhaitez poser des questions à François Lenglet, écrivez à temoins@rtl et ou laissez un message sur la page Facebook de RTL.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie PIB Épidémie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants