2 min de lecture Agriculture

Suicide des agriculteurs : "On est traqués" à cause des dettes, raconte une jeune veuve

INVITÉE RTL - Camille Beaurain a perdu son mari agriculteur à 24 ans. Il s'est pendu. "Ce sont 10 ans de vie qui s'effondrent", explique-t-elle. "Aujourd'hui, j'ai envie de profiter de la vie, mais sans oublier."

Calvi-245x300 6 minutes pour trancher Yves Calvi
>
Suicide chez les agriculteurs : "Je souffre, mais il a souffert autant que moi", dit une jeune veuve Crédit Image : FRANCOIS LO PRESTI / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi édité par Paul Turban

Augustin était éleveur de porcs. Et par amour, Camille a décidé de changer de vie et partir vivre avec lui à la ferme. Rapidement, les difficultés financières s'accumulent. "Les dettes... On ne sait pas en fait. On travaille, mais on sait qu'on n'y arrive pas", confie Camille Beaurain. 

Alors que son mari souffre de cette situation, faisant des cauchemars très noirs toutes les nuits, Camille le soutient : "Quand on aime, on n'a pas le choix. Si moi je perdais pied alors que lui n'allait pas très bien... Il faut quelqu'un de fort dans le couple."

Mais les pressions n'ont de cesse de s'accumuler à l'extérieur. "On est traqué parce qu'on n'arrive pas à payer, explique Camille. Certains organismes ne comprennent pas. On reçoit des lettres de mises en demeure au quotidien. On est traqué par ça. C'est compliqué la peur 
d'aller à la boîte aux lettres par peur d'avoir une lettre 'Vous n'avez pas payé'. Mais ce n'est pas notre faute à nous."
"À la première tentative de suicide en 2016, j'ai compris que ça allait être compliqué, raconte alors Camille. Je me suis battue. J'ai tout fait pour trouver des solutions pour m'en sortir. Et ce jour-là, je pensais que c'était derrière moi". Elle contacte tous les organismes auprès desquels elle a des dettes. Mais en fin de matinée un jour d'octobre 2017, Augustin, le mari de Camille Beaurain, se pend dans son exploitation

Je pensais que c'était derrière moi.

Camille Beaurain, épouse d'un agriculteur qui s'est suicidé, auteur de "Tu m'as laissée en vie".
Partager la citation

"On survit, parce qu'on a fait des actes pas faciles avec son frère. Son frère l'a décroché. Il a fallu faire un massage cardiaque jusqu'à l'arrivée des secours. Ce qui est dure, c'est cette longue attente. Quand Augustin est décroché à 13 heures, son corps part avec les pompes funèbres qu'à 18h30. Cela a été très long", se souvient Camille, qui était alors âgée de 24 ans. 

À lire aussi
Des gendarmes contrôle l'alcoolémie d'un automobiliste (Illustration). alcool
Les infos de 7h30 - Alcool au volant : la FNSEA juge "incompréhensible" les propos de Didier Guillaume

"On survit. On pense à lui. On pense aux derniers mots qu'il a écrit, de profiter de la vie. J'ai envie de profiter de la vie un maximum, mais sans oublier. Et de me battre pour les autres." Camille Beaurain a ainsi écrit un livre pour raconter son histoire, "Tu m'as laissée en vie". Elle y décrit le suicide de son mari avec moult détails : "C'était nécessaire pour faire comprendre aux gens ce qui se passe."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Agriculture Suicide Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants