1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Rixes : comment expliquer la banalisation de la violence chez les jeunes ?
2 min de lecture

Rixes : comment expliquer la banalisation de la violence chez les jeunes ?

Si les rixes entre bandes existent depuis des années, "aujourd'hui on constate une montée du niveau de la violence, jamais atteinte", souligne Guillaume Roux, secrétaire départemental Unité SGP Police dans l'Essonne.

L'agression de Yuriy, le vendredi 15 janvier 2021, dans le quartier de Beaugrenelle, à Paris
L'agression de Yuriy, le vendredi 15 janvier 2021, dans le quartier de Beaugrenelle, à Paris
Crédit : Vidéo surveillance
Rixes : comment expliquer la banalisation de la violence chez les jeunes ?
50:44
Rixes : comment expliquer la banalisation de la violence chez les jeunes ?
50:44
micros
Eric Brunet - édité par Marie Gingault

La violence est de plus en plus présente chez les jeunes français. Les affrontements entre bandes rivales ont augmenté en 2020 : 357 rixes supplémentaires ont été recensées par rapport à l'année précédente. Ces bagarres entre jeunes impliquent la plupart du temps des personnes mineures. 

Yazid Kherfi, le fondateur de Médiation Nomade, s'installe avec son camping-car dans les quartiers difficiles de 20 heures à 00h-1h du matin. "Je créé des espaces de parole, je permets de remettre en lien les jeunes avec les adultes, les jeunes avec les institutions", explique celui qui "part du principe que la parole est plus forte que la violence". 

Que ce soit en région parisienne, dans les quartiers nord de Marseille ou dans la banlieue lyonnaise, l'objectif de Yazid Kherfi est le même : "remettre des adultes bienveillants sur l'espace public. Si on ne remet pas des adultes bienveillants ce sont des adultes malveillants qui endoctrinent nos jeunes", souligne-t-il.

Aujourd'hui on tue

Guillaume Roux

Guillaume Roux est secrétaire départemental Unité SGP Police dans l'Essonne, où de violents affrontements ont causé la mort de deux adolescents en moins de 24 heures mi-février. Comme le souligne le policier, les rixes existent depuis déjà un moment et ne font qu'accroîtrent. "Je suis arrivé sur le département en 2002 et ce phénomène-là existait déjà (...) ça a toujours existé mais c'est vrai qu'aujourd'hui on constate une montée du niveau de la violence, jamais atteinteAujourd'hui on tue, c'est un vrai souci", déplore Guillaume Roux. 

À lire aussi

Cette violence ne touche pas exclusivement l'Île-de-France, mais bien toutes les grandes villes françaises : Lille, Strasbourg, Nantes, Bordeaux, Rennes ou encore Toulouse, par exemple. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/