1. Accueil
  2. Actu
  3. Débats et société
  4. Remboursement des consultations psy : pourquoi la mesure agace
2 min de lecture

Remboursement des consultations psy : pourquoi la mesure agace

VU DANS LA PRESSE - Les psychologues se mobilisent ce jeudi 10 juin, notamment contre les dispositifs de remboursement, qui mènent selon eux à des conditions d'accueil et de rémunération problématiques.

Une consultation de psychologie (illustration)
Une consultation de psychologie (illustration)
Crédit : DERRICK CEYRAC / AFP
Coline Daclin
Journaliste

Les psychologues sont en colère. Ce jeudi 10 juin à partir de 13h30, certains d'entre eux manifestent devant le ministère de la Santé, avenue Duquesne dans le VIIème arrondissement. L'appel à manifester a été lancé par plusieurs organisations, parmi lesquelles la CGT, l’Unsa ou FO, mais aussi la Fédération Française des Psychologues et de Psychologie (FFPP) et le Syndicat National des Psychologues (SNP).

Parmi les raisons de leur mobilisation, on trouve les nouveaux dispositifs de remboursement des consultation de psychologie des enfants et des étudiants. D'autres revendications, sur la création d'un ordre des psychologue, la prise en charge des enfants ayant des troubles neurodéveloppementaux ou le Ségur de la santé sont aussi en cause. 

Deux dispositifs ont été mis en place par le gouvernement pour rembourser les soins psy, face à la détresse psychologique des jeunes pendant les confinements. D'abord, le dispositif Santé Psy Etudiants permet aux étudiants de bénéficier de trois séances gratuites, renouvelable une fois, chez des psychologues partenaires. Pour les enfants de 3 à 17 ans, c'est le Forfait Psy qui a été créé, et qui leur permet de bénéficier de 10 consultations gratuites

Les conditions d'accueil et de rémunération en question

Le problème ? Pour faire ces séances, il faut une prescription de la part d'un médecin. Pour le collectif Manifeste Psy, qui fait partie des organisations à l'origine de la mobilisation, cela empêche un accès libre et autonome au psychologue, et mène à une "médicalisation de l’accompagnement psychologique", explique le magazine Psychologies. "Il y a une volonté de la part du ministère de la Santé de vouloir exercer un contrôle médical sur la psychologie", soutient Patrick-Ange Raoult, secrétaire général du SNP auprès de franceinfo.

À lire aussi

Le montant de la consultation, fixé à 25 ou 30 euros, est aussi pointé du doigt. Le SNP d'une "sous-tarification des actes des psychologues". En moyenne, il faut en effet compter entre 50 et 70 euros pour une consultation de psychologie

Les complémentaires santé engagées sur le sujet

La durée de la séance est aussi limitée à 30 minutes. "Sous-payé, le psychologue n’aura d’autre choix que de prendre les patients à la chaîne sans pouvoir leur offrir le soin et l’attention qu'ils méritent, cela signifie des patients à la file pour un revenu incapable de soutenir les cotisations sociales et autres charges", assure le collectif Manifeste Psy auprès du Quotidien du médecin.

Fin mars, les complémentaires santé se sont également engagées à prendre en charge à l'avenir plusieurs consultations de psychologues par an, dans une limite de 60 euros par séance. Comme le chèque psy pour les enfants, la mesure n'est toutefois pas encore en vigueur, les trois fédérations concernées souhaitant d’abord "initier un échange" avec les syndicats de médecins et de psychologues

Depuis 2018, dans le Morbihan, les Bouches-du-Rhône, la Haute-Garonne, ou dans les Landes, l'Assurance maladie expérimente également le remboursement à 100% des frais de psychologie. Cela se fait toujours dans le cadre d'un parcours de soin, jusqu'à 20 séances peuvent être gratuites. 

La rédaction vous recommande
Sur les thématiques :

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/