4 min de lecture Réforme des retraites

Réforme des retraites : ces professions méconnues qui bénéficient de régimes spéciaux

ÉCLAIRAGE - Mineurs, techniciens de la Comédie-Française ou encore employé du port autonome de Strasbourg... Plusieurs professions bénéficient de régimes spéciaux de retraite avec des conditions parfois surprenantes.

Une danseuse du Ballet de l'Opéra de Paris, au musée d'Orsay le 9 octobre 2019 pour le spectacle "Degas Danse".
Une danseuse du Ballet de l'Opéra de Paris, au musée d'Orsay le 9 octobre 2019 pour le spectacle "Degas Danse". Crédit : MARTIN BUREAU / AFP
Lilas Fournier Journaliste

La mobilisation contre la réforme des retraites d’Emmanuel Macron fait toujours rage dans l’Hexagone, après des manifestations gigantesques qui ont rassemblé 806.000 personnes à travers le pays le 5 décembre 2019.

Policiers, enseignants, avocats : de nombreux métiers sont concernés par ce système universel de retraite qui veut fusionner les 42 régimes existant en un seul et proposer un système à points acquis tout au long de la carrière.


Plus de 80% des retraités bénéficient du régime général des salariés du privé, suivis ensuite des travailleurs agricoles et du régime des indépendants. Mais derrière ces grandes caisses de retraite, 15 régimes sont considérés comme des "régimes spéciaux". Avec, parmi eux, la SNCF et la RATP, mais aussi les salariés de la Comédie-Française et de l’Opéra de Paris, les parlementaires de l’Assemblée nationale ou encore les mineurs. Tour d’horizon de ces "régimes spéciaux".

Les salariés de la Comédie-Française et de l'Opéra de Paris

Dans le domaine de la culture, seuls les salariés de la Comédie-Française et de l’Opéra de Paris bénéficient d’un régime de retraite spécial très ancien, dû aux contraintes artistiques et techniques des maisons. Celui de l’Opéra de Paris a d’abord été pensé par Louis XIV, selon Télérama, avant d’être officiellement reconnu en 1923 et confirmé comme caisse autonome par la Sécurité sociale en 1945.

À lire aussi
À partir du 1er novembre, les futurs allocataires de l'assurance chômage seront soumis à de nouvelles formules d'indemnisation. travail
Réforme de l'assurance chômage : des syndicalistes et parlementaires exigent son abandon

Du côté de la Comédie-Française, deux systèmes existent, celui des artistes sociétaires et les autres (de la technique, administration ou de la sécurité). Le premier n’est pas un régime de retraite et ses employés ne sont pas affiliés à un système d’assurance chômage. Les sociétaires qui partiraient au bout de dix ans, même en cas de licenciement, recevront une pension à vie à hauteur de 25% de leurs revenus.

La Comédie-Française et l’Opéra de Paris demandent à leurs employés des conditions physiques exceptionnelles, c’est pourquoi les artistes peuvent s’arrêtent de travailler tôt. C’est le cas par exemple d’un danseur de Ballet qui prendra sa retraite à 42 ans. Cette disposition particulière tient compte de la "pénibilité" du métier, avec le risque de blessures et l'interruption prématurée de carrière et du fait que la majorité peut difficilement continuer à danser les grands ballets au-delà de cet âge avec le même niveau d'excellence.

Du côté de la Comédie-Française, les techniciens nés à partir de 1962 peuvent partir à la retraite à 62 ans. Mais la pénibilité des métiers (temps de travail flexible, charges lourdes à transporter) autorise un départ anticipé dès 57 ans.

Le Port autonome de Strasbourg

Autre régime étonnant, celle des 137 cotisants du Port autonome de Strasbourg qui ont le droit à un départ à la retraite dès 60 ans et une pension équivalente à 75% du salaire touché lors des six derniers mois de leur activité, hors primes. Le port, indépendant, ne bénéficie pas de subventions de l’État et cotise seul à son régime de retraites. Les nouveaux salariés embauchés depuis 2015 cotisent quant à eux au régime général. 

Les mineurs

Chez les mineurs, les conditions particulières du métier leur offrent également un régime spécial, qui profitent à 1.900 personnes. Les salariés qui ont travaillé "au fond", c’est-à-dire dans les mines, et qui ont validé 120 trimestres peuvent partir à la retraite dès 50 ans, s’ils justifient de 80 trimestres d'activité, à 52 ans s’ils ont travaillé 48 trimestres, ou à 54 ans après 16 trimestres. Le calcul de la pension se fait au nombre de trimestres validés par le salarié et d’un coefficient qui change chaque année. 

Chaque trimestre de travail au fond donne droit à une majoration de 0,15 % de la pension. Les anciens mineurs sont autorisés à cumuler leur retraite avec les revenus d’une autre activité professionnelle. Ils ne percevront cependant pas de nouveaux droits à la retraite avec leur seconde activité.

Les parlementaires dans le viseur

Mais la pénibilité physique n'est pas le seul critère pour avoir droit à un régime spécial. Les parlementaires bénéficient eux aussi d'un régime hors normes. Lors de sa campagne, Emmanuel Macron avait évoqué la suppression du régime de retraites des parlementaires. Depuis quelques années déjà, les députés et sénateurs ne bénéficient plus de la règle de double cotisation. 

Aussi, une nouvelle réforme appliquée en 2018 oblige désormais les députés à cotiser pendant plus de 40 ans pour bénéficier d’une retraite à taux plein. Il passera à 43 ans en 2033, pour s’aligner sur celle de la fonction publique. Selon l’Assemblée nationale, un député cotise à hauteur de 10,58% sur son indemnité parlementaire, et peut faire valoir ses droits à partir de 62 ans. Les sénateurs cotisent quant à eux pendant 41 ans. Les membres nés après 1955 peuvent prétendre au départ à la retraite dès 62 ans.


Le système universel d’Emmanuel Macron pourrait bien ébranler les acquis de ces employés aux conditions de travail particulières. Dans un récent sondage Harris Interactive, 7 Français sur 10 déclaraient soutenir la mobilisation contre la réforme. Face à ce mouvement, Emmanuel Macron s’est dit jeudi "calme et déterminé à mener cette réforme, dans l’écoute et la consultation". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réforme des retraites Réformes Gouvernement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants