2 min de lecture Manifestations

Réforme de la PAC : pourquoi les agriculteurs manifestent-ils ?

ÉCLAIRAGE - Des opérations escargots sont en cours dans le nord du pays. Les agriculteurs protestent contre la future réforme de la PAC.

Des agriculteurs manifestent à Houdan, le 2 avril 2021.
Des agriculteurs manifestent à Houdan, le 2 avril 2021. Crédit : THOMAS SAMSON / AFP
Coline Daclin et AFP

Opération escargot en cours. Des files de tracteurs bloquent certains axes stratégiques de la Normandie à la Champagne-Ardenne, en passant par l'Île-de-France et les Hauts-de-France depuis le début de la matinée ce vendredi 2 avril. Selon le président de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) Grand bassin parisien, Damien Greffin, ils étaient quelque 5.000 agriculteurs en colère à manifester ainsi à 9 heures. 

L'opération a un but : dénoncer la réforme de la politique agricole commune européenne, la PAC. "On veut lancer un avertissement à Emmanuel Macron" dont "on ne partage pas la vision", explique Damien Greffin à l'AFP.

La France travaille en effet en ce moment sur son plan stratégique national, sa propre déclinaison de la future PAC, qu'elle doit présenter en juin à la Commission européenne. Le cadre général de la PAC est quant à lui toujours en train d'être négocié à Bruxelles. La nouvelle réforme des aides européennes promet de donner la priorité au bio et à l'agro-écologie

Les "éco-régimes" en cause

Les agriculteurs mobilisés ce vendredi dénoncent notamment ce qu'on appelle les "éco-régimes" ou "eco-scheme" : une nouvelle source de financement conditionnée à la mise en place de pratiques plus respectueuses de l'environnement. La Commission pourrait ainsi exiger le maintien de plus de "prairies permanentes, l'arrêt du déclin de la biodiversité, la réduction des phytos et fertilisants", selon un document de travail du ministère de l'Agriculture consulté par l'AFP. 

À lire aussi
santé
Coronavirus : Espagne, Italie, Grèce... Quelles règles pour voyager en Europe ?

Pour Damien Greffin, "selon les premières projections, dans l'état actuel des choses, 70 à 80% des agriculteurs n'auraient pas la possibilité de bénéficier de cet éco-régime, certes volontaire". En cause, des critères compliqués à atteindre pour certains. Damien Greffin craint ainsi que ceux qui ne rentrent pas dans les cases de ces éco-régimes perdent "de 60 à 80 euros de l'hectare"

Son confrère Stéphane Sanchez, directeur de la FNSEA Grand bassin parisien, demande également à pouvoir augmenter les prix. "Faire du bio ? Très bien, à condition qu'on puisse le vendre à 30% plus cher. Si c'est pour faire du bio au prix du conventionnel, c'est la mort de l'agriculture", déclare-t-il auprès de l'AFP.        

De son côté, le collectif "Pour une autre PAC", qui regroupe 11 organisations paysannes et des associations de protection de l'environnement et de consommateurs, a dénoncé dans un communiqué la mobilisation. "Une portion congrue des agriculteurs tente d’imposer ses intérêts au détriment de l’intérêt général", écrivent ses membres. Ils considèrent que cette mobilisation est une "tentative d’affaiblissement dramatique de l’ambition de la réforme de la PAC". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Manifestations Agriculture Circulation
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants