1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Pourquoi les États-Unis vont libérer 2 milliards de moustiques génétiquement modifiés
1 min de lecture

Pourquoi les États-Unis vont libérer 2 milliards de moustiques génétiquement modifiés

Avec un demi-million de victimes chaque année, le moustique est l'espèce la plus meurtrière pour l'humain. Modifier génétiquement les moustiques pourrait alors être une solution.

Un moustique (illustration).
Un moustique (illustration).
Crédit : Pixnio / Domaine public CC
Philippine Rouvière Flamand

Lâcher deux milliards de moustiques dans la nature pour diminuer leur population : une idée pas si saugrenue d'une entreprise américaine. Depuis plusieurs années maintenant, des entreprises tentent de nouvelles manières de diminuer la population de moustiques, autre que les insecticides et l'assèchement des zones humides.

Des entreprises américaines, comme Google, ou le Britannique Oxitec ont déjà opéré des lâchers de moustiques OGM ces dernières années. Voyant que cela a permis de limiter leur population, le Britannique Oxitec a décidé de passer d'un lâcher de 750 millions à deux milliards de moustiques.

Ces moustiques ne sont que des mâles de l'espèce Aedes aegypti, baptisée OX5034 par les scientifiques. Le but est qu'ils se reproduisent avec des femelles, qui donneront naissance à des larves non-viables. Ces larves mourront toutes avant l'âge adulte, empêchées par les gênes du mâle de produire une protéine nécessaire à leur développement.

Une avancée pour la protection de l'environnement

D'après les scientifiques, ce lâcher de moustiques serait sans danger pour l'environnement. Cette méthode est même moins risquée que le fait d'assécher les zones humides où prolifèrent les moustiques, ou la pulvérisation d'insecticides qui tuent aussi des insectes non nuisibles comme les abeilles.

À écouter aussi

Cette technique réduirait drastiquement la population de moustique, sans l'éradiquer totalement, ce qui supprimerait un maillon de la chaîne alimentaire. Cette modification génétique ne serait pas non plus néfaste pour l'alimentation de leurs prédateurs, comme les oiseaux et les chauves-souris, puisqu'elle ne contient aucun produit cancérigène. De plus, ces moustiques ne représentent aucun danger pour l'humain, étant donné qu'il ne s'agit que de mâles et que seules les femelles piquent.

La société britannique cherche à développer cette technologie chez d'autres espèces de moustiques, notamment celles qui transmettent des malades dangereuses comme la malaria, le paludisme ou zika. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.