2 min de lecture Coronavirus

Pour Ségolène Royal, "ce n'est plus le moment de critiquer" l'exécutif

Ségolène Royal a estimé que "ce n'est plus le moment de critiquer" l'exécutif dans sa gestion de la crise du coronavirus : elle a appelé à faire "converger l'ensemble des énergies".

Ségolène Royal, le 2 décembre 2017
Ségolène Royal, le 2 décembre 2017 Crédit : Jacques Witt/SIPA
Florise Vaubien
Florise Vaubien et AFP

Ségolène Royal, critique acerbe d'Emmanuel Macron en début d'année, a estimé ce dimanche 17 mai qu'il n'était plus temps de "critiquer" l'exécutif dans sa gestion de la crise sanitaire : elle a appelé à faire "converger l'ensemble des énergies".

"Nous rentrons dans une nouvelle phase où on a besoin de l'énergie de tous, ce n'est plus le moment de critiquer ou de polémiquer, même si ces critiques ont été très utiles et auraient dû être entendues", a déclaré l'ancienne ministre socialiste sur BFMTV.

"Tout a été dit à la fois sur les choses positives qui ont pu être faites, notamment sur les décisions économiques, et sur les failles et les manquements", a-elle poursuivit. "Le monde entier a vu les difficultés de gestion de la crise en France, et par conséquent nous avons aujourd'hui besoin de faire converger l'ensemble des énergies, pour que la France rattrape ce retard et puisse se relever assez vite", a-t-elle estimé.

J'étais l'une des premières à soulever la question des masques et je me suis fait insulter

Ségolène Royal, BFMTV, dimanche 17 mai 2020
Partager la citation

Ségolène Royal a toutefois rappelé qu'elle avait dénoncé dès le début de la crise du coronavirus le manque de masques disponibles en France. "J'étais l'une des premières à soulever la question des masques et je me suis fait insulter par le gouvernement", déplore l'ancienne candidate socialiste à la présidentielle de 2007. 

À lire aussi
Une ambulance devant un hôpital en Espagne (illustration) Coronavirus Espagne
Coronavirus en Espagne : la Catalogne reconfine quelque 200.000 personnes

Par ailleurs, Ségolène Royal a pointé du doigt un manque de "conscience" face aux questions environnementales, responsable en partie de la crise sanitaire du Covid-19. "La politique doit reprendre de la densité par rapport à la conscience" environnementale : "cette crise sanitaire peut être une chance, la planète nous donne une alerte", a-t-elle déclaré. 

Progressivement de plus en plus critique de l'exécutif après avoir jugé favorablement l'élection d'Emmanuel Macron à l'Élysée, Ségolène Royal avait évoqué en début d'année l'hypothèse d'une candidature présidentielle en 2022, au nom d'une "troisième voix" entre "l'élite mondialisée" qu'incarnerait Emmanuel Macron et l'extrême droite.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Ségolène Royal Crise
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants