1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Passe sanitaire : des maires RN refusent que la police municipale contrôle les terrasses
2 min de lecture

Passe sanitaire : des maires RN refusent que la police municipale contrôle les terrasses

Plusieurs maires du Rassemblement national dénoncent l'application du passe sanitaire dans les terrasses et refusent d'envoyer leur police municipale faire des contrôles.

Un terrasse de café chauffée à Rennes (Ille-et-Vilaine)
Un terrasse de café chauffée à Rennes (Ille-et-Vilaine)
Crédit : Samuel Hense / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Sarah Belien & AFP

"La police a mieux à faire" qu'appliquer cette mesure "liberticide". Plusieurs maires RN ou proches du parti ont annoncé publiquement refuser que leur police municipale contrôle le passe sanitaire sur les terrasses de cafés et restaurants. Certains jugent cette mesure également "inapplicable".

Dans une tribune à Valeurs Actuelles, le maire RN de Fréjus David Rachline affirme : "L'État a invité les maires à faire participer leurs polices municipales au contrôle de ce passe dans les établissements recevant du public. Ce ne sera pas le cas à Fréjus". Pour l'élu, la police a plus important à faire. "Je préfère voir mes agents continuer à se consacrer pleinement à la sécurité des Fréjusiens et des touristes et à la lutte contre la délinquance et les incivilités", a-t-il ajouté, dénonçant "une dérive liberticide".

Du côté de Béziers dans l'Hérault, Robert Ménard affirme de son côté ne pas être contre le passe sanitaire mais "sur les terrasses, ça n'a pas de sens", a-t-il déclaré à France Bleu. "Vous pensez que je vais envoyer la police municipale vérifier que sur 4 personnes qui sont là il y en a une par hasard qui n'a pas son passe sanitaire ? Cela ne tient pas debout", s'est exclamé le maire de Béziers.

Les maires RN d'Hayange (Moselle) et de Beaucaire (Gard) ont également exprimé leur refus de contrôler les terrasses. Dans un communiqué lundi, même la présidente du RN Marine Le Pen avait estimé qu'avec le passe sanitaire, "les Français entrent en résidence surveillée". Du côté des policiers, le syndicat de défense des policiers municipaux affirmaient déjà le 24 juillet : "les policiers municipaux ont autre chose à faire" que de contrôler les passes sanitaires.

Les contrôles à la discrétion des maires

À lire aussi

Les contrôles des passes sanitaires par les policiers a donc valu quelques précisions. Le ministère de l'Intérieur explique donc les agents de police municipale "sont habilités" à constater "les infractions à la règlementation Covid", mais "n'ont cependant pas d'obligation de procéder à des contrôles" du passe sanitaire, dont l'organisation "est à l'appréciation de leur autorité d'emploi, c'est-à-dire du maire et de ses services".

Pour rappel, une personne qui ne présente pas de passe dans les lieux concernés sera passible d'une amende de 750 euros, un montant qui montera à 1.500 euros en cas de récidive dans les 15 jours. Un professionnel qui n'appliquerait pas les contrôles requis encourt, lui, si ce manquement est constaté "à plus de trois reprises au cours d'une période de 45 jours", jusqu'à 9.000 euros d'amende et un an d'emprisonnement.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/