8 min de lecture Loire-Atlantique

Notre-Dame-des-Landes : premier jour d'évacuation de la ZAD sous tension

COMPTE-RENDU - Les forces de l'ordre ont débuté l'opération d'expulsion des occupants de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, lundi 9 avril à l'aube. Treize squats ont été démantelés, selon la police.

>
Opération d'évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes par les forces de l'ordre Crédit Image : LOIC VENANCE / AFP | Crédit Média : Nicolas Burnens | Durée : | Date :
Thibaut Deleaz
Thibaut Deleaz
avec Lucie Valais et AFP

D'un côté, 2.500 gendarmes. De l'autre, 250 zadistes. Les forces de l'ordre ont lancé lundi 9 avril, à l'aube à Notre-Dame-des-Landes (Loire Atlantique) une opération massive d'expulsion des occupants illégaux de la ZAD qui a donné lieu à des affrontements et s'annonce plus "compliquée" les prochains jours. "Plus ça va aller, plus ça va être compliqué", a jugé la préfète des Pays de la Loire Nicole Klein. 

"On a fait le plus simple", a-t-elle ajouté à l'issue de ce premier jour d'une intervention qui a mobilisé 2.500 gendarmes.cLes opérations, interrompues à 18 heures selon elle, vont reprendre mardi à 06 heures, selon la gendarmerie. "L'après-midi se finit dans un bocage asphyxié par les gaz lacrymogènes après déjà de longues heures de résistance face à la destruction d'habitats et fermes de la ZAD", a déploré le mouvement d'occupation.

"Au moins neuf lieux de vie collectifs ont péri, avec leurs divers habitats particuliers brisés, leurs ateliers en miettes, leurs jardins piétinés", selon son propre bilan.

À lire aussi
Un femme dans le quartier du Breil à Nantes, le 4 juillet 2018 Loire-Atlantique
Nantes : une cinquième nuit plus calme

Affrontements entre zadistes et gendarmes

Les zadistes entendent "empêcher" les forces de l'ordre de poursuivre leur intervention et de "s'enraciner" sur les lieux. Des manifestations se déroulaient lundi soir à Nantes, Rennes et dans d'autres villes de France pour protester contre l'intervention sur la ZAD. 

Ils appellent "tous ceux qui peuvent à se rendre sur place dès l'aube" mardi "pour leur faire obstacle". L'intervention qui a débuté à 06 heures, s'est concentrée sur les abords de la D281, l'ex-route "des chicanes". Les accès avaient été bloqués par les gendarmes mobiles dès 03 heures. Des images fournies par les militaires montrent un escadron de gendarmerie déblayant la route jonchée de pneus brûlés, d'épaves de voitures et surmontée de barricades en feu.

Des affrontements ont éclaté une demi-heure après le début de l'opération entre zadistes et gendarmes mobiles au lieu-dit "Les fosses noires", au sud-ouest de la D281. Une dizaine de tracteurs "vigilants" barraient la route, ainsi que des meules de foin et des poteaux électriques. 

Destructions et interpellations

En milieu de matinée, des engins de chantiers sont arrivés sur la D281. Le mirador et le chapiteau du "Lama fâché" ont été détruits par deux pelleteuses. Un peu plus tard, c'est le squat des "100 noms" dont les résidents ont été expulsés. Les gendarmes ont dû déloger plusieurs dizaines de zadistes venus s'opposer pacifiquement à la destruction du lieu.

"Les 100 noms n'ont pas déposé de projet agricole", a déclaré la préfète, assurant aussi que seules les installations précaires seraient détruites et "rien qui soit en dur". La destruction de ce lieu est "inutile", a répondu un collectif d'élus anti-aéroport. Elle "risque d'être lourde de conséquences". L'Acipa, principale association d'opposants à l'ex-projet d'aéroport, et plutôt modérée, a parlé de "ligne rouge franchie" après la destruction des "100 noms", lieu de vie qui "portait un vrai projet agricole, un projet solide et pérenne". Ils ont appelé leurs soutiens à "venir en nombre" protester mardi sur la ZAD.

A 15h30, 13 squats ont été "traités" et dix personnes ont été expulsées selon un bilan du ministère de l'Intérieur. Sept personnes ont été interpellées et placées en garde à vue. Un gendarme a été légèrement blessé. Six des sept personnes interpellées se trouvaient dans un même véhicule, en possession de stupéfiants et de pétards. La septième est un mineur interpellé dès 05h30 notamment pour le jet d'un pavé.

La préfète a expliqué que l'objectif de démanteler une "quarantaine de squats" sur 97 était "presque atteint". Neuf huissiers sont sur place, a-t-elle précisé.

Notre-Dame-Des-Landes : fallait-il employer la force pour évacuer la zone ?
Nombre de votes : 12599 *Sondage à valeur non scientifique

Revivez la situation minute par minute

23h00 - Ce live est terminé, merci de l'avoir suivi sur RTL.fr

20h22 - Le secrétaire d'État en charge de la Transition énergétique, Sébastien Lecornu, salue ce soir sur RTL "le retour de l'État de droit". Il était le premier membre du gouvernement à se rendre sur place, le 20 mars dernier.  

19h52 - 13 squats ont été démantelés ce lundi 9 avril, 7 personnes interpellées, selon la police. 6 personnes ont été arrêtées pour détention de stupéfiants et d'explosifs et une autre pour violence sur un agent de la force publique.

19h30 - 1.200 manifestants défilent à Nantes en soutien aux zadistes. Une cinquantaine de participants encagoulés se trouvaient dans le cortège, selon la police. 

18h52 - Les expulsions reprendront mardi à 6 heures, selon le Directeur général de la Gendarmerie nationale.

18h50 - "Plus ça va aller plus ça va être compliqué", confie la préfète des Pays de le Loire."On a fait le plus simple", a ajouté Nicole Klein à l'issue de ce premier jour d'une intervention qui a mobilisé 2.500 gendarmes. Selon la préfète, les expulsions "se sont interrompues à 18 heures, car il faut faire appel à des huissiers et à des déménageurs".

18h38 - Environ 300 personnes réunis à Nantes pour soutenir les zadistes. Un important dispositif policier avait été mis en place pour éviter tout débordement.

15h23 - Le hangar des "100 noms" évacué. Les gendarmes ont fait descendre des zadistes un à un du toit d'un hangar, au lieu-dit les "100 noms" sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. Ceux-ci étaient venus protester contre l'expulsion d'un lieu de vie ou étaient menés des projets agricoles non déclarés.

Des militants ont formé une chaîne humaine autour du bâtiment avant d'être repoussés dans un champ par les gendarmes, qui ont tiré des grenades lacrymogènes. "Les 100 noms resteront", ont crié les zadistes.

Au total, huit personnes, cinq hommes et trois femmes, qui vivaient sur place depuis 2013 et menaient des projets qu'ils n'avaient pas déclaré à la Mutualité sociale agricole (MSA), ont été expulsés.

15h01 - La préfète de Loire-Atlantique fera un point presse à 17 heures. Nicole Klein a déjà annoncé le démantèlement de 10 squats lors de l'opération d'expulsion menée dès 6 heures sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.

13h44 - Richard Ferrand, patron des députés REM a réagi sur Twitter. "L'État de droit, rien que l'État de droit : l'opération en cours à #NDDL cible uniquement les occupants illégaux", a-t-il écrit.

12h49 - Les forces de l'ordre procèdent à la démolition des installations de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.

Les forces de l'ordre procèdent à la démolition des installations de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes lundi 9 avril Crédits : GUILLAUME SOUVANT / AFP | Date : 09/04/2018
3 >
Les forces de l'ordre procèdent à la démolition des installations de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes lundi 9 avril Crédits : GUILLAUME SOUVANT / AFP | Date : 09/04/2018
Les forces de l'ordre procèdent à la démolition des installations de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes lundi 9 avril Crédits : GUILLAUME SOUVANT / AFP | Date : 09/04/2018
Les forces de l'ordre procèdent à la démolition des installations de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes lundi 9 avril Crédits : LOIC VENANCE / AFP | Date : 09/04/2018
1/1

11h41 - La RD281, dite "route des chicanes", que les forces de l'ordre cherchent à égager en priorité, traversait du nord au sud le site sur lequel devait être construit l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

11h22 - "Les démolitions ont commencé", a confirmé la préfète de Loire-Atlantique. "Si les squats sont vides, ils sont démolis". Nicole Klein a par ailleurs réaffirmé que la priorité était de dégager la route, les gendarmes visant "tout ce qui peut gêner la circulation".

11h17 - Le gendarme blessé à l’œil "va bien" selon Richard Lizurey. "C'est moins grave que ce que l'on pensait, il est déjà sorti de l'hôpital." La personne qui a été placée en garde à vue n'est pas celle qui a visé le gendarme.

11h14 - Le directeur général de la Gendarmerie nationale explique que les forces de l'ordre ont du intervenir cette nuit à 3h du matin "pour libérer la RD281", bloquée dans la nuit par les zadistes. "Nous avons rencontré une résistance particulièrement importante", a noté le général Richard Lizurey.

11h07 - "Sept squats ont été démantelés pour le moment et trois sont en train de l'être", annonce la préfète de Loire-Atlantique Nicole Klein. Seules 6 personnes ont été expulsées dans ces squats "sans difficulté", un relogement leur a été proposé. L'opération continuera demain. "Les gendarmes resteront sur le site pour empêcher la reconstruction."

11h05 - Des engins de chantier étaient déjà présents sur le site en milieu de matinée, ont constaté des journalistes de l'AFP, probablement pour évacuer les structures que les gendarmes doivent démanteler.

10h56 - "L'État a préféré s'enfermer dans une logique brutale et répressive sans laisser le temps à des projets de se mettre en place", a dénoncé un habitant de la ZAD lors d'un point presse devant les journalistes présents sur place.

10h29 - "La mise en scène de l'intervention des forces de l'ordre ne parvient pas à masquer que l'Etat de droit a déjà reculé", a fustigé sur Twitter Valérie Boyer, secrétaire générale adjointe des Républicains.

9h44 - "J'espère qu'elle (l'opération, ndlr) sera centrée sur sa réelle raison d'être : finaliser la remise en service de la route RD281", a expliqué le député La République en Marche Matthieu Orphelin dans un communiqué. "Il n'y a aucune revanche à prendre, ni symbole de la force de l'État à aller chercher, ni posture politique à conforter."

9h33 - "Le gouvernement est irresponsable", a déclaré Éric Coquerel, député La France insoumise sur RFI. Il dénonce une "utilisation" du conflit par le gouvernement. "Il veut mettre des images, espère-t-il violentes, pour faire peur aux gens, pour montrer qu'il est là, qu'il est fort, qu'il a des muscles, qu'il se défend et qu'il résistera jusqu'au bout." Éric Coquerel regrette que le gouvernement n'ait pas pris le temps de "discuter tranquillement". "Sur place, il y a des gens qui ont des projets de vie, d'agriculture faisant appel à des méthodes nouvelles."

9h16 - Les zadistes ont dressé plusieurs barrages sur les chemins et routes pour ralentir les forces de l'ordre. Le face à face entre les deux camps est tendu.

Face à face tendu entre les zadistes et les gendarmes venus les évacuer de Notre-Dame-des-Landes lundi 9 avril Crédits : LOIC VENANCE / AFP | Date : 09/04/2018
13 >
Face à face tendu entre les zadistes et les gendarmes venus les évacuer de Notre-Dame-des-Landes lundi 9 avril Crédits : LOIC VENANCE / AFP | Date : 09/04/2018
Un zadiste fait face aux forces de l'ordre lors de l'évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes lundi 9 avril Crédits : LOIC VENANCE / AFP | Date : 09/04/2018
Les gendarmes traversent un barrage incendié par les zadistes, lors de l'opération d'évacuation à Notre-Dame-des-Landes lundi 9 avril Crédits : LOIC VENANCE / AFP | Date : 09/04/2018
Face à face tendu entre les zadistes et les gendarmes venus les évacuer de Notre-Dame-des-Landes lundi 9 avril Crédits : LOIC VENANCE / AFP | Date : 09/04/2018
Face à face tendu entre les zadistes et les gendarmes venus les évacuer de Notre-Dame-des-Landes lundi 9 avril Crédits : LOIC VENANCE / AFP | Date : 09/04/2018
L'opération d'évacuation à Notre-Dame-des-Landes a débuté lundi 9 avril Crédits : LOIC VENANCE / AFP | Date : 09/04/2018
L'opération d'évacuation à Notre-Dame-des-Landes a débuté lundi 9 avril Crédits : LOIC VENANCE / AFP | Date : 09/04/2018
Un zadiste tient un bouclier, alors que les forces de l'ordre ont commencé l'évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes lundi 9 avril Crédits : LOIC VENANCE / AFP | Date : 09/04/2018
L'opération d'évacuation à Notre-Dame-des-Landes a débuté lundi 9 avril Crédits : LOIC VENANCE / AFP | Date : 09/04/2018
L'opération d'évacuation à Notre-Dame-des-Landes a débuté lundi 9 avril Crédits : LOIC VENANCE / AFP | Date : 09/04/2018
Les zadistes ont dressé des barricades sur les chemins pour ralentir la progression des forces de l'ordre venues les évacuer à Notre-Dame-des-Landes lundi 9 avril Crédits : LOIC VENANCE / AFP | Date : 09/04/2018
Face à face tendu entre les zadistes et les gendarmes venus les évacuer de Notre-Dame-des-Landes lundi 9 avril Crédits : LOIC VENANCE / AFP | Date : 09/04/2018
Les forces de l'ordre ont débuté l'évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes lundi 9 avril Crédits : LOIC VENANCE / AFP | Date : 09/04/2018
1/1

8h56 - L'opération se "poursuit avec discernement", affirme la préfecture de Loire-Atlantique sur Twitter. La préfète Nicole Klein est sur place et suis les opérations.

8h49 - "Les personnes qui sont expulsées ne sont pas des délinquants", a affirmé le secrétaire d'État à la Transition écologique Sébastien Lecornu sur France 2. "S'ils quittent d'eux-mêmes la zone, ils n'ont pas vocation à être arrêtés. Ceux qui seront violents auront vocation à répondre de leurs actes devant la justice."

8h15 - Un gendarme a été blessé à l’œil selon le ministère de l'Intérieur, et au moins une personne a été interpellée.

7h47 - "On ne peut pas accepter des occupations illégales, et encore moins de la violence", affirme Manuel Valls, ancien Premier ministre, sur RTL. "Quoiqu'il arrive, l'État de droit doit s'imposer sur ce territoire."

7h43 - L'opération des forces de l'ordre vise à déloger "une centaine de personnes et à démanteler une quarantaine "d'édifices", a annoncé le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb sur Europe 1. Les forces de l'ordre seront maintenues sur place "tant qu'il sera nécessaire" pour empêcher de nouvelles occupations. Il affirme par ailleurs avoir "donné des consignes de retenue" aux gendarmes mobilisés.

7h34 - Les gendarmes prennent progressivement position dans la ZAD, rapportent les journalistes du quotidien L'Éclaireur.

7h23 - Les premiers zadistes se sont installés à Notre-Dame-des-Landes en 2009. Le gouvernement de Jean-Marc-Ayrault avait tenté une évacuation en 2012. Celle-ci est un échec : le gouvernement l'arrête à la fin de l'année et met en place une "commission du dialogue".

6h58 - Bataille des images : dans les deux camps, chacun filme et soigne sa communication au cœur de l'affrontement. Les gendarmes ont verrouillé la communication et diffusent leurs vidéos officielles. Face à eux, les zadistes partagent leurs images sur les réseaux sociaux.

6h54 - Des affrontements ont lieu entre gendarmes et zadistes a annoncé l'AFP. Les gendarmes ont tiré des grenades lacrymogènes et des grenades assourdissantes en réponse à des tirs de projectiles, à l'ouest de l'ancienne route des chicanes.

6h00 - Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a annoncé sur Twitter que la Gendarmerie avait débuté l'opération visant à expulser les occupants de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.

Chronologie : du lancement à l'abandon du projet d'aéroport

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Loire-Atlantique Notre-Dame-des-Landes Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792941988
Notre-Dame-des-Landes : premier jour d'évacuation de la ZAD sous tension
Notre-Dame-des-Landes : premier jour d'évacuation de la ZAD sous tension
COMPTE-RENDU - Les forces de l'ordre ont débuté l'opération d'expulsion des occupants de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, lundi 9 avril à l'aube. Treize squats ont été démantelés, selon la police.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/notre-dame-des-landes-que-l-evacuation-commence-7792941988
2018-04-09 00:55:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/3aYm3PltJHm1rpNJXys2ig/330v220-2/online/image/2018/0409/7792944897_face-a-face-tendu-entre-les-zadistes-et-les-gendarmes-venus-les-evacuer-de-notre-dame-des-landes-lundi-9-avril.jpg