2 min de lecture Opération Barkhane

Militaires tués au Mali : Jean-Marie Bockel exprime sa "peine" et sa "fierté" sur RTL

INVITÉ RTL - Jean-Marie Bockel, sénateur du Haut-Rhin et père d'un des militaires français tués mardi 26 novembre au Mali espère et attend beaucoup de la cérémonie d'hommage national pour les victimes de l'accident d'hélicoptères.

3 minutes pour comprendre - 3 minutes pour comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Militaires tués au Mali : Jean-Marie Bockel exprime sa "peine" et sa "fierté" sur RTL Crédit Image : PASCAL GUYOT / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi et La rédaction de RTL

Jean-Marie Bockel revient sur la mémoire de son fils, Pierre, tué avec 12 autres militaires dans un accident d'hélicoptère au Mali, durant une opération menée contre des jihadistes dans le cadre de l'opération Barkhane.

Le sénateur retient avant tout que c'était "un soldat parmi les autres". "Nous sommes une famille parmi les autres. Les fonctions, les grades c’est une autre chose. Aujourd’hui ça n’existe, pas, nous sommes dans la peine et la fierté. Avant d’être un militaire c’était un bon fils, un bon frère, avec une fiancée qu’il aimait.", raconte-t-il.  C'était sa quatrième mission extérieure. 'Il essayait de minimiser les risques mais il les savait", assure Jean-Marie Bockel. 


L'ancien ministre décrit un fils qui "était discret sur l’aspect opérationnel de ses missions". "Mais il nous parlait de sa mission, de son engagement là-bas, ce qu’il allait, ce qui n’allait pas. Des engagements sur sa présence, de la camaraderie qu’il y avait sur place, comme pour l’ensemble des régiments à Gao. La dimension humaine était importante, il avait conscience du sens de son engagement".  

Pour lui, questionner la présence française dans ce pays d'Afrique de l'Ouest est "légitime". "Autant quand la décision d'intervenir a été prise, cela avait un sens. Aujourd’hui l'opération s’est inscrite dans la durée et c’est là que les questions apparaissent." Il pointe notamment "des alliés qui sont là que pour les fonctions logistiques." "Le G5 Sahel rencontre aussi des difficultés sur le plan militaire et le développement. Combien de temps cela va-t-il durer, comment transformer cette présence ?", s'interroge le membre de la commission des Affaires étrangères, de la défense et des forces armées au Palais du Luxembourg. 

"Nous attendons ce moment de rassemblement"

À lire aussi
Un soldat français de la force Barkhane au Sahel. armée
Terrorisme : que sont "Sabre" et "Takuba", les nouvelles forces déployées au Sahel ?

"Et en même temps, relève-t-il, si nous partions demain matin ce serait très vite le chaos, on verrait par les négatives l’importance de notre présence. La question n’est pas de partir mais de comment faire pour que cet engagement ne soit pas sans fin, avec sur le terrain beaucoup de tension, de l’incompréhension, des manipulations", analyse le sénateur UDI. "Les soldats aussi parlent de ça, mais en attendant ils sont là, ils ont conscience de la nécessité de l’engagement dans le temps présent", relate-t-il.  


La cérémonie d'hommage "sera un moment important" pour la famille Bockel.  "Nous attendons ce moment de rassemblement, de cohésion dont on a besoin pour la famille, pour la mémoire de notre héros et de notre pays, qui doit être uni dans les épreuves", conclut-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Opération Barkhane Armée Militaires
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants