1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Les infos de 8h - "Thérapies de conversion" : un nouveau délit débattu à l'Assemblée
2 min de lecture

Les infos de 8h - "Thérapies de conversion" : un nouveau délit débattu à l'Assemblée

Une proposition de loi LaREM interdisant les "thérapies de conversion" est débattue à l'Assemblée. Elle prévoit un délit spécifique allant jusqu'à trois ans d'emprisonnement et à 45.000 euros d'amende.

Photo de l’Assemblée nationale à Paris, le 9 février 2021. (Illustration)
Photo de l’Assemblée nationale à Paris, le 9 février 2021. (Illustration)
Crédit : CRÉDITLUDOVIC MARIN / AFP
Les infos de 8h - "Thérapies de conversion" : un nouveau délit débattu à l'Assemblée
13:30
Le journal RTL de 8h du 04 octobre 2021
13:30
Valentin Boissais - édité par Nicolas Barreiro

Une pratique qui semble sortie d'un autre âge. Une proposition de loi sera présentée mardi 5 octobre à l'Assemblée nationale, pour interdire les thérapies de conversion. Elles ont l'ambition de remettre les homosexuels sur "le droit chemin", selon les termes généralement employés. Le texte veut créer un délit passible jusqu'à trois ans de prison.

Pour Benoît, tout a commencé à l'âge de 11 ans, à la fin d'un repas de famille. Il parle de son homosexualité puis ses parents lui font écrire une lettre de motivation où il doit indiquer vouloir en guérir. Quelques mois plus tard, il prépare son sac de voyage. "De 15 à 18 ans, j'ai subi ces thérapies", explique-t-il, puis il se retrouve dans un monastère. "On avait une cellule, des temps de messe, des temps de suivi avec un guide. On nous parle de masturbation, ce qu'on pense, ce qu'on fait, des sujets intimes… Ils viennent planter des graines, 'tu veux pas finir comme ça' en présentant l'homosexualité d'une manière extrêmement dégradante", confie le jeune homme.

"Ils m'ont appris à me détester. J'avais une homophobie intériorisée extrêmement forte. Plus les sessions passaient et plus je me sentais mal". Benoît a fini par s'extraire seul du monastère. 

Des expériences difficiles à raconter

Aujourd'hui, il reste difficile de chiffrer le phénomène en France qui est évidemment une pratique à la marge des différentes églises mais plusieurs dizaines de témoignages sont tout de même sortis. Certains vont même jusqu'à l'exorcisme.

À lire aussi

"S'il y a des préjudices ou des choses trop violentes, ils vont plutôt aller vers les autorités du mouvement", constate Marie Drillon, de l'association de défense de victimes de sectes. La plupart de ces affaires restent donc des secrets bien gardés au sein des organismes qui pratiquent ces thérapies.

À écouter également dans ce journal

Mort de Bernard Tapie - Décédé dimanche des suites d'un cancer à l'âge de 78 ans, Bernard Tapie voulait être inhumé à Marseille, sa ville de cœur. Au stade Vélodrome, les supporters marseillais viendront lui rendre un dernier hommage.

Coronavirus - Le masque n'est plus obligatoire pour tous les élèves de primaire. Dans les 47 départements où l'épidémie a le plus reculé, les enfants pourront s'en passer.

Intempéries - Les Bouches-du-Rhône ont été placées en vigilance rouge pluie-inondation par Météo France. Cinq autres départements ont été placés en vigilance orange pluie-inondation et orages.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/