2 min de lecture Hôpitaux

Les infos de 7h30 - Hôpitaux : "On ne veut plus de primes", s'agace une aide-soignante

Malgré le plan dévoilé par d'Édouard Philippe pour répondre à la crise des hôpitaux, une partie du personnel soignant souhaite continuer la mobilisation sociale.

monde-rouge-245x300 Le journal RTL La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Le journal de 7h30 du 21 novembre 2019 Crédit Image : AFP / DOMINIQUE FAGET | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Jean-Marc Terrié édité par Noé Blouin

Les réactions sont plutôt mitigées, après les annonces d'Édouard Philippe concernant le plan d'urgence de l'État pour répondre à la crise du milieu hospitalier. Si la Fédération hospitalière de France estime avoir été entendue, les collectifs inter-urgences et inter-hôpitaux appellent eux à poursuivre la mobilisation.


Ils réclament notamment, non pas des primes, comme celle de 800 euros annoncée par le Premier ministre le 20 novembre dernier, mais des augmentations de salaire. "Moi je les invite à prendre ma vie. Qu'ils viennent vivre ma vie, la vie de tous les soignants pendant 3 jours, pour qu'ils se rendent compte de ce qu'on peut vivre tous les jours", a réagi Nathalie, aide-soignante au CHU de Bordeaux.

Pour elle, les primes distribuées par le gouvernement ne constituent pas une réelle amélioration pour la condition du personnel hospitalier. "Nos salaires ne sont faits que de primes. [...] Donc on va avoir des retraites de miséreux, on ne veut plus de primes", s'agace-t-elle au micro de RTL.

À écouter également dans ce journal

Amiens - Emmanuel Macron est attendu, ce jeudi 21 novembre à Amiens. Il rendra visite aux salariés de l'usine Whirlpool. Ces derniers l'attendent de pied ferme, 2 ans et demi après les promesses, contrariées depuis, qu'il avait faites lors de la campagne présidentielle.

À lire aussi
Les urgences du CHU de Brest, France faits divers
Bretagne : un homme meurt à l'hôpital après avoir passé 6 heures sur un brancard

Procès - Le procès de Willy Bardon, suspecté du viol et du meurtre d'Élodie Kulik s'ouvre aujourd'hui à Amiens. Le père de la victime assistera aux audiences, il espère que justice soit enfin faite, 17 ans après les faits.

FDJ - La Française des Jeux fait son entrée en Bourse. Le prix de l'action est désormais fixé à 19,90 euros. C'est un franc-succès pour l'État, qui a devrait empocher 1,8 milliard d'euros grâce à cette opération.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Hôpitaux Crise Salaires
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants