2 min de lecture Urgences

Les infos de 6h30 - Samu : ce qui a changé depuis la mort de Naomi Musenga

La mort d'une sexagénaire, qui avait contacté 5 fois le Samu, a douloureusement rappelé le drame Naomi Musenga. Pourtant, depuis 2017, des efforts ont été faits pour améliorer la régulation médicale.

monde-rouge-245x300 Le journal RTL La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Les infos de 6h30 - Samu : ce qui a changé depuis la mort de Naomi Musenga Crédit Image : Philippe LOPEZ / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Jérôme Florin
Jérôme Florin édité par Maeliss Innocenti

Une femme de 62 ans est morte d'une crise cardiaque au mois de septembre, dans une petite commune du Territoire de Belfort, alors que sa fille avait appelé le Samu à cinq reprises

François Braun, président de Samu-Urgences de France, assure que "la procédure a été respectée". La famille a pourtant porté plainte pour "non-assistance à personne en danger", que la police a requalifié en "homicide involontaire".

Ce drame rappelle le cas de Naomi Musenga, 22 ans, morte à Strasbourg en décembre 2017 alors que son malaise n'avait pas été pris au sérieux par le Samu. Un véritable scandale avait alors éclaté. Mais certains choses ont changé depuis deux ans.

Le gouvernement s'était engagé à former les assistants de régulation, ceux qui reçoivent les appels de détresse avant de déclencher les secours. Ces formations ont débuté depuis septembre dernier dans 10 villes de France, dont Paris, Marseille, Amiens ou encore Nancy. Ces centres, de 60 places maximum, délivrent une formation d'un an avec des heures d'enseignement et des stages dans des services d'urgence.

À lire aussi
Une infirmière ajuste son masque de protection, dans une unité Covid-19, en France. épidémie
Coronavirus : "L’épidémie en Île-de-France est derrière nous", assure un médecin

L'autre gros engagement annoncé était de fluidifier les appels, mieux répartir les urgences hospitalières et les soins non-vitaux, à pratiquer chez un médecin généraliste par exemple. Pour cette deuxième annonce, le résultat concret se fait encore attendre. 

Un rapport doit être rendu sous peu pour permettre la création d'un service qui s'appellera le SAS, comme un SAS d'entrée vers les soins, que les patients pourront appeler, télécharger en application sur leurs téléphones, ou accéder à une plateforme sur Internet en fonction des besoins. Ce SAS doit entrer en vigueur d'ici l'été prochain.

À écouter également dans ce journal

Boycott du Black Friday - Plusieurs militants écologistes bloquent l'entrepôt d'Amazon à Brétigny-sur-Orge depuis jeudi soir. Ils protestent contre le Black Friday et la société de surconsommation qui porte selon eux une grave atteinte à l'environnement.

Politique internationale - Donald Trump a annoncé la reprise des négociations pour la paix avec les talibans, depuis une base américaine en Afghanistan où il s'est rendu jeudi. Les États-Unis entendent obtenir un cessez-le-feu et un accord de paix durable.

Football - Saint-Étienne a fait match nul 0-0 contre la Gantoise jeudi soir et a été éliminée de l'Europa League. Il ne reste plus aucun club français dans cette compétition. Les Verts ont joué sous les yeux de Michel Platini, qui a exclu tout retour dans le club. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Urgences Médecins
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants