1 min de lecture Hôpitaux

Mort de Naomi Musenga : Agnès Buzyn réfléchit au "numéro unique" pour les urgences

Interviewée sur l'amélioration des services d'urgences, remis en question après le décès de Naomi Musenga en décembre dernier, la ministre de la Santé a évoqué la future mise en place de nouvelles mesures.

La ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn, le 6 juin 2018
La ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn, le 6 juin 2018 Crédit : Alain JOCARD / AFP
Leia Hoarau
Leia Hoarau
Journaliste

Le décès de Naomi Musenga, le 29 décembre dernier, morte dans d'atroces souffrances après avoir vainement tenté de convaincre le Samu de Strasbourg de lui venir en aide, a inspiré à Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, la remise en question de nombreux dysfonctionnements dans la prise en charge des urgences téléphoniques.

Interviewée par Le Parisien, la ministre a déclaré souhaiter réformer en profondeur l'organisation des secours, et notamment la prise en charge téléphonique. Aujourd'hui accessible par le biais de trois numéros différents (le 15, le 17 et le 18), les secours pourraient fusionner dans le numéro unique 112 afin d'harmoniser les procédures de traitement des appels.

La ministre a également évoqué l'ouverture de messageries en ligne et des SMS lorsque les personnes en détresse ne sont pas en mesure de passer des appels. "Dans le cas d’un attentat, une victime ne peut pas téléphoner, mais peut potentiellement écrire un message", déclare-t-elle. Les appels vidéos pourraient aussi voir le jour pour permettre de "montrer les plaies" lors des accidents de voiture par exemple. Enfin, la mise en place d'une géolocalisation précise permettrait également de simplifier et accélérer la prise en charge. 

À lire aussi
Les hôpitaux sont débordés face à l'épidémie de grippe, particulièrement virulente cet hiver épidémie
VIDÉO - Épidémie de grippe : les hôpitaux sont débordés

Une nouvelle formation pour les interlocuteurs

Au-delà des aspects purement technologique de la modernisation de l'organisation des secours, la ministre de la Santé a fait part de l'ouverture prochaine, en septembre 2019, d'une nouvelle formation destinée aux assistants de régulation médicale (les opérateurs chargés de répondre aux appels et de diriger les personnes au cas par cas). Cette formation, qui durera un an, sera obligatoire. 

D'autre part, l'augmentation des effectifs de ces interlocuteurs est en cours de réflexion, explique Agnès Buzyn. Le manque de personnel constitue aujourd'hui "le défaut" de l'organisation des secours actuellement.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Hôpitaux Urgences Agnès Buzyn
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7796263657
Mort de Naomi Musenga : Agnès Buzyn réfléchit au "numéro unique" pour les urgences
Mort de Naomi Musenga : Agnès Buzyn réfléchit au "numéro unique" pour les urgences
Interviewée sur l'amélioration des services d'urgences, remis en question après le décès de Naomi Musenga en décembre dernier, la ministre de la Santé a évoqué la future mise en place de nouvelles mesures.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/mort-de-naomi-agnes-buzyn-reflechit-au-numero-unique-pour-les-urgences-7796263657
2019-01-18 04:00:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/Z-ybULkzi0DF0h9VGiql5Q/330v220-2/online/image/2018/0613/7793738940_agnes-buzyn-le-6-juin-2018.jpg