1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Les infos de 6h30 - Algérie : la jeunesse rejette massivement la présidentielle
2 min de lecture

Les infos de 6h30 - Algérie : la jeunesse rejette massivement la présidentielle

Les électeurs algériens sont appelés à se rendre aux urnes jeudi 12 décembre pour élire leur futur président, alors que la mobilisation de la rue ne faiblit pas.

Les Algériens manifestent depuis le mois de février pour la création d'institutions de transition qui ne soient pas dirigées par des anciens membres du gouvernement d'Abdelaziz Bouteflika.
Les Algériens manifestent depuis le mois de février pour la création d'institutions de transition qui ne soient pas dirigées par des anciens membres du gouvernement d'Abdelaziz Bouteflika.
Crédit : RYAD KRAMDI / AFP
Les infos de 6h30 - Algérie : l'élection présidentielle qui divise
07:39
Le journal RTL de 6h30
07:39
micro générique
La rédaction de RTL - édité par Venantia Petillault

Qui succédera à Abdelaziz Bouteflika, poussé à la démission en avril dernier ? Cinq candidats sont en lice mais tous ont été plus ou moins proches de l'ancien président. La jeunesse algérienne dénonce une mascarade.

Le rejet massif de la présidentielle du 12 décembre en Algérie révèle l'écart entre la jeunesse et le pouvoir d'anciens partisans du président déchu Abdelaziz Bouteflika, 82 ans. 

Dans ce pays, plus de la moitié de la population a moins de 30 ans,la plupart ne sont même pas inscrits sur les listes électorales. Les dirigeants sont tous âgés, à l'instar du chef d'état-major Ahmed Gaïd Salah, 79 ans, et du président par intérim Abdelkader Bensalah, 78 ans. 

Les jeunes algériens se réfèrent désormais au mouvement de contestation populaire Hirak et descendent dans la rue chaque mardi depuis plus de neuf mois pour réclamer la fin du "système", au pouvoir depuis l'indépendance en 1962.

À lire aussi

Comme Anis, étudiant frondeur, ils n'ont qu'un seul mot, celui de tous les printemps arabes : "dégage". "Tous ces ministres, tous ces généraux corrompus, il faut qu'ils paient leurs dettes à la société. On ne peut pas vivre sans justice", déclare le manifestant. 

Ce qui pousse Anis à aller dans la rue c'est un besoin d'avenir et d'ascenseur social pour cet enfant d'ouvrier d'Alger. "C'est invivable ici si tu veux faire quelque chose de nouveau", déplore-t-il. 

Accepter, baisser la tête, Anis ne veut plus en entendre parler. Ça c'était pour la génération de ses parents. "Ils ont accepté la situation plus rapidement parce qu'ils ont vécu la guerre".

À écouter également dans ce journal

Grève - Nouvelle journée d'action et de grève contre la réforme des retraites avec une grande manifestation. De nouveaux blocages avec un TGV et un Transilien sur cinq et trois TER sur dix en Régions où des cars de substitution sont mis en service.

Chili - Un avion militaire a disparu avec 38 personnes à bord. Il avait décollé à Punta Arenas (sud) à destination d'une base en Antarctique. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/