1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Le zoo de "La Tanière", un refuge pour des espèces menacées
3 min de lecture

Le zoo de "La Tanière", un refuge pour des espèces menacées

REPORTAGE - Au zoo de "La Tanière", Francine et Patrick Violas recueillent des animaux victimes du braconnage ou de trafic. Poules, ours, tigres, chevaux ou éléphants... Leurs équipes assurent la prise en charge de près de 600 animaux.

Le zoo-refuge de "La Tanière" accueille plus de 600 animaux.
Le zoo-refuge de "La Tanière" accueille plus de 600 animaux.
Crédit : Christian Panvert / RTL
Le zoo de "La Tanière", un refuge pour des espèces menacées
04:22
Christian Panvert

En Eure-et-Loir, le zoo-refuge "La Tanière" vient au secours d’animaux sauvés du braconnage, retirés à des particuliers hors-la-loi mais aussi d’espèces sauvages, détenues illégalement, issues des laboratoires ou encore venant de cirques. Le concept a été créé par un couple qui a fait fortune dans la téléphonie mobile. Leurs 270 magasins réalisaient 330 millions d’euros de chiffre d’affaires. Mais en 2009, Patrick et Francine Violas, décident de tout plaquer. Ils nous expliquent pourquoi. 

"On avait 1.800 salariés et un jour, un employé nous a envoyé sa démission en ne mentionnant que son matricule de paie. Le soir-même, on a décidé de vendre notre entreprise.", explique Patrick Violas. Le couple a investi 25 millions d’euros dans ce zoo-refuge. On y trouve des cochons, des tortues, des éléphants, des ours, des tigres, des lions ou des chevaux, soit au total 600 animaux. 

La plus grande volière à ciel ouvert de babouins

"Là, on va aller chercher une autruche : le père est décédé et les enfants habitent tous en ville, ce qui n'est pas vraiment pratique", explique le fondateur. Les animaux peuvent être saisis pour détention illégale, trafic, ou mauvaises conditions de détention", poursuit M. Violas. Ce zoo-refuge est un établissement de "transit", rappelle son épouse, le but étant de replacer les animaux chez des particuliers par exemple. 

En revanche, certains restent, comme ces 15 babouins de Guinée : 10 mâles, 5 femelles arrivés de Besançon. Ils n’étaient plus les bienvenus au zoo de la Citadelle, un site classé, où ils abîmaient les murs. Il était impossible de les réintroduire dans leur milieu naturel. Pour Sébastien Muller, responsable zoologique, "La Tanière" est une terre d’accueil idéale.

À lire aussi

"Ils ont eu la chance de rejoindre cet établissement, qui a créé une volière qui doit être la plus grande volière de présentation à ciel ouvert de babouins en France. Ils sont loin d'être malheureux : six personnes s'occupent d'eux toute la journée. Le moindre petit bobo est immédiatement réglé", assure-t-il. 

On passe de la poule à l'éléphant

Mélissa Passe, vétérinaire

Sébastien Muller fait partie des 52 salariés à temps plein présents sur le site qui compte, en plus des espaces pour les animaux, une zone de mise en quarantaine et une clinique. Mélissa Passe, vétérinaire, travaille ici depuis deux ans. "Tout est possible : on passe de la poule à l'éléphant super vite !", lance la vétérinaire. "On ne peut pas tout connaître sur toutes les espèces, donc on a recours à une dizaine de vétérinaires et c'est à nous de référer les cas et de s'adapter en fonction des spécialités de chacun", poursuit-elle. 

Le coût financier, d’une telle structure, est très élevé : les charges fixes sont considérables. Il faut soigner, nourrir tous ces animaux. Rien qu’un seul tigre ingurgite en moyenne 15 kilos de viande par jour.  Alors forcément, l’addition grimpe très vite. "C'est 15.000 euros de frais de fonctionnement tous les jours", explique Patrick Violas. "Mon mari et moi, nous avons créé tous les investissements mais le budget annuel est financé par la billetterie : chacun est acteur de 'La Tanière'", ajoute Francine Violas. 

Mais la crise sanitaire empêche pour l’instant toute visite. Le couple espère que le site qui s’étend sur 20 hectares pourra bientôt rouvrir. "Il suffirait qu'on autorise un client tous les 100 m2 : je crois que dans les magasins, c'est 8 m2, donc ça doit pouvoir se faire, je pense !", estime le gérant du zoo. En attendant, "La Tanière" traverse la crise grâce aux aides des collectivités, et surtout aux dons qui arrivent de toute la France. Mais à terme, ce ne sera pas suffisant. 

Des perroquets recueillis par le zoo-refuge de "La Tanière".
Des perroquets recueillis par le zoo-refuge de "La Tanière".
Crédit : Christian Panvert, RTL
Des perroquets recueillis par le zoo-refuge de "La Tanière".
Un ours, pensionnaire du zoo-refuge de "La Tanière".
Une lionne prend un bain de soleil au zoo-refuge de "La Tanière".
Des perroquets recueillis par le zoo-refuge de "La Tanière". Crédits : Christian Panvert, RTL
Un ours, pensionnaire du zoo-refuge de "La Tanière". Crédits : Christian Panvert, RTL
Une lionne prend un bain de soleil au zoo-refuge de "La Tanière". Crédits : Christian Panvert, RTL
1/1
La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/