1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. INVITÉ RTL - Samu : "Certains centres 15 ont du mal à faire face au flux d'appel", reconnaît le président président de Samu-Urgences
2 min de lecture

INVITÉ RTL - Samu : "Certains centres 15 ont du mal à faire face au flux d'appel", reconnaît le président président de Samu-Urgences

Marc Noizet, président de Samu-Urgences de France, reconnaît que certains centres 15 ont du mal à faire face au flux d'appel, ce qu'il justifie par un manque de personnel qui n'a pas été anticipé.

Centre de régulation des appels du Samu de Paris (illustration)
Centre de régulation des appels du Samu de Paris (illustration)
Crédit : Philippe LOPEZ / AFP
INVITÉ RTL - Samu : "Certains centres 15 ont du mal à faire face au flux d'appel", reconnaît le président président de Samu-Urgences
00:09:28
Yves Calvi_
Yves Calvi - édité par Charlène Slowik

Appeler le 15 plutôt que de se rendre directement aux urgences, voici le nouveau système de régulation qui a été mis en place au début de l'été pour désengorger les hôpitaux. Un système qui présente pourtant quelques failles, faute de personnel, selon une enquête RTL. 

Les appels au 15 sont pris d'assaut. "On a une augmentation de l'activité sur l'ensemble du territoire mais je ne confirme pas que ça ne fonctionne pas", déclare Marc Noizet, président de Samu-Urgences de France au micro de RTL mardi 2 août. Selon lui, il y a une augmentation globale des appels au 15 de 21% sur l'ensemble du territoire par rapport à juillet de l'année dernière. 

Un afflux qui cause certaines difficultés dans des centres 15 comme il le reconnaît. "On est en plein milieu de l'été avec des gens qui ne sont pas forcément disponibles, qui ont déjà un été qui est organisé et c'est vrai que les embauches sont compliquées", justifie Marc Noizet. "On a des endroits où des centres 15 ont un peu de marge d'organisation, qui réorganise leur personnel différemment et il y a d'autres centres 15 où il y avait déjà des difficultés de personnel et qui là, effectivement, sont en difficulté et ont du mal à faire face au flux d'appel", poursuit-il.

Mais pour le président de Samu-Urgences de France, le dispositif de régulation reste un bon système d'autant plus qu'il n'a pas été mis en place sur tout le territoire car il s'agit d'une "mesure qui s'adapte à la situation locale". Marc Noizet avoue que certains facteurs n'ont pas été anticipés comme la formation du personnel. "On fait aujourd'hui avec les moyens dont on dispose", conclut-il.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire