1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. DÉBAT - "L'intérim est un cancer pour l'hôpital", dénonce le président de la Fédération hospitalière de France
1 min de lecture

DÉBAT - "L'intérim est un cancer pour l'hôpital", dénonce le président de la Fédération hospitalière de France

Frédéric Valletoux est revenu ce mardi, aux côtés de Thierry Amouroux, porte-parole du syndicat professionnel des infirmiers, sur le recours aux intérimaires dans les hôpitaux français.

Une infirmière soigne un patient Covid-19 au service de réanimation de l'hôpital Delafontaine AP-HP à Saint-Denis, en région parisienne, le 29 décembre 2021.
Une infirmière soigne un patient Covid-19 au service de réanimation de l'hôpital Delafontaine AP-HP à Saint-Denis, en région parisienne, le 29 décembre 2021.
Crédit : ALAIN JOCARD / AFP
DÉBAT - "L'intérim est un cancer pour l'hôpital", dénonce le président de la Fédération hospitalière de France
00:08:58
Yves Calvi & Théo Putavy

Alors que les soignants des hôpitaux vont se mobiliser ce mardi un peu partout en France, le recours à des professionnels de santé en intérim est largement critiqué au sein de la profession. "On estimait qu'il y avait à peu près 5.000 médecins il y a une petite dizaine d'années. Je pense qu'on peut doubler le chiffre aujourd'hui", affirme Frédéric Valletoux, président de la fédération hospitalière de France. 

Plus coûteux, les intérimaires sont de plus en plus nombreux dans les hôpitaux. Pour Thierry Amouroux, porte-parole du syndicat professionnel des infirmiers, "il n'y a plus de plus-value à être fonctionnaire hospitalier parce que vous êtes moins bien payé que si vous êtes intérimaire. Si vous êtes fonctionnaires, vous êtes des pions transposables d'un horaire à l'autre". 

Ce recours à des intérimaires participe à "une fragilisation de l'hôpital qui est liée à une crise structurelle plus profonde du système de santé", ajoute Thierry Amouroux. "L'intérim est un cancer pour l'hôpital puisque cela déstabilise à la fois financièrement et dans les organisations", déplore alors Frédéric Valletoux. 

Mais cette pratique pourrait donc illustrer un problème plus général. Il y a 60.000 postes infirmiers vacants en France au sein des structures hospitalières. "Les soignants ont été dégoutés, broyés car il y a une vraie perte de sens. On est le seul pays du monde à avoir fermé des lits en 2020 - 5.700 - pour des raisons économiques", conclut Thierry Amouroux.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.