1 min de lecture Violence

Fessée, gifles : nouvelle campagne contre les violences éducatives

Gifles, fessées, insultes : 3 parents sur 4 admettent en avoir déjà fait usage sur leurs enfants. Une campagne de sensibilisation a été lancée pour réduire ces gestes de violence éducative ordinaire.

>
Lancement d'une campagne contre les violences éducatives ordinaires Crédit Image : iStock | Crédit Média : M6 / Eric Hervé, Bruno de Gaudemar Audrey Vuetaz | Date :
Logo de la chaîne M6
La rédaction de M6 édité par Cassandre Jeannin

On n'en a pas forcément conscience mais les gifles, fessées ou encore insultes sont considérées comme de la violence éducative ordinaire. Une campagne d'affichage vient d'être lancée, elle est déployée dans les cabinets des médecins. Et toutes les formes de châtiments sont concernées.

Le stress, l'énervement peuvent entraînent parfois des comportements violents, notamment au sein des familles. Malgré l’évolution des mentalités, 71,7 % des parents français admettent avoir déjà mis une "petite" gifle à leurs enfants, cela représente 3 parents sur 4. Pour des responsables d'associations, la sensibilisation se fait dans la durée. D'où l'idée de lancer une nouvelle campagne. 

Des affiches vont être diffusées à destination des adultes et des dépliants seront en libre-service chez les médecins généralistes sur lesquels on peut lire, par exemple : "Humilier, faire peur, faire mal, faire souffrir ce ne sont pas des modes d'éducation, ce sont des violences". L'objectif est d'expliquer, sans stigmatiser, pour que l'autorité parentale s'exerce sans violence physique ou morale. 

La gifle et la fessée ne sont pas sans danger

Les cris, la gifle et la fessée peuvent avoir des conséquences lourdes sur le développement des enfants. Leur quotient intellectuel peut même baisser. "Une fessée chez un nourrisson peut être source de traumatismes neurologiques très importants avec des hémorragies cérébrales" précise le Docteur Patrick de Boisse.

À lire aussi
Élisabeth Badinter, dans les studios de RTL, le 10 décembre 2019 manifestations
Violence dans les manifestations : "Il suffit d'une flammèche", dit Élisabeth Badinter

Les violences éducatives ordinaires pourraient bientôt être interdites. Une loi a été adoptée en novembre 2018 à l'Assemblée nationale. Elle devrait prochainement être étudiée au Sénat. La France est l'un des six derniers pays de l'Union européenne qui ne bannit pas encore légalement ces formes de violences.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Violence Famille Campagne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants