2 min de lecture Santé

Michel Cymes : "Notre QI menacé par les perturbateurs endocriniens"

ÉDITO - Le journaliste et médecin se penche sur notre quotient intellectuel. Et les nouvelles sont mauvaises.

Ca va beaucoup mieux - Michel Cymes Ça va Beaucoup Mieux Michel Cymes iTunes RSS
>
Michel Cymes : "Notre QI menacé par les perturbateurs endocriniens" Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
CYMES_245300
Michel Cymes et Loïc Farge

La notion de "quotient intellectuel" est très décriée. Mais figurez-vous que le QI des Français est en diminution. Il a perdu quatre points depuis l'an 2000 : en moyenne, il s'établit aujourd'hui à 98. Cette dégringolade ne veut pas dire que la France est subitement devenue un pays de bourricots. Nous ne sommes pas seuls dans cette galère. Des pays comme le Danemark, la Norvège et le Royaume-Uni sont eux aussi par ce phénomène d'autant plus inquiétant que, pendant un siècle dans les sociétés développées, on n'a cessé d'enregistrer une augmentation du quotient intellectuel. Il s'élevait régulièrement, sans doute parce que la durée des études s'est allongée. Sans doute aussi parce les parents ont fait preuve de plus d'attention envers leurs enfants.

Comment expliquer cette inversion de la courbe ? Les scientifiques finlandais et britanniques sont convaincus que la baisse du QI est due à la pollution et aux perturbateurs endocriniens. Pour simplifier : toutes les substances chimiques étrangères à l'organisme, mais qui sont partie intégrante de notre mode de vie. Cela va des détergents à la malbouffe, en passant par les produits anti-incendie qu'on retrouve sur le mobilier.

Il faut savoir que dès sa conception, le fœtus est exposé aux perturbateurs endocriniens. Ils vont toucher la thyroïde, dont les hormones influencent la formation de certaines structures de notre cerveau. C'est quand même un peu à cet endroit-là que siègent nos capacités intellectuelles. Les conséquences à long terme sont dévastatrices pour la réussite scolaire et professionnelle des enfants concernés. Elles le sont d'autant plus que les emplois les moins qualifiés sont de plus en plus menacés, que le monde qui va tel qu'il va a besoin de têtes bien faites.

La beauté c'est bien, l'intelligence c'est pas mal non plus

Michel Cymes
Partager la citation

On patauge là dans un problème de santé publique dont on a du mal à évaluer le coût financier à terme. Une chose est sure : il sera faramineux, car notre santé dépend aussi de la manière dont nos tissus se forment et se développent lors de la vie intra-utérine.

À lire aussi
Changement d'heure : quels appareils doivent être réglés dimanche 31 mars ? changement d'heure
Changement d'heure : quels sont les appareils à mettre à jour manuellement ?

Comment enrayer ce déclin intellectuel ? C'est aux politiques de légiférer avec plus d'exigence sur les pesticides et les polluants. En attendant qu'ils le fassent, nous conseillons aux femmes enceintes d'éviter (quand c'est possible) les lieux pollués, de préférer (dans la mesure de leurs moyens) une alimentation bio, et accessoirement de se débarrasser de certains cosmétiques, notamment ceux qui contiennent du paraben. La beauté c'est bien, l'intelligence c'est pas mal non plus".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Intelligence Vidéo
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants