1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Dissout, dissoud, dissous… ou dissolu ?
2 min de lecture

Dissout, dissoud, dissous… ou dissolu ?

En ce dimanche de la Semaine de la langue française et de la francophonie 2021, Muriel Gilbert revient sur l’orthographe surprenante de l’adjectif tiré du participe passé du verbe "dissoudre"…

Une femme tient un dictionnaire (illustration)
Une femme tient un dictionnaire (illustration)
Crédit : FRED DUFOUR / AFP
Un bonbon sur la langue du 21 mars 2021
03:29
Muriel Gilbert

Ah, c’est vrai, on l’aime, notre langue française ! Et pourtant elle nous joue parfois des tours pendables. Tenez, ce matin, on va parler d’adjectifs dont l’orthographe semble si peu logique que c’est à se demander si les lettrés qui ont amené le français jusqu’à notre siècle numéro 21 ne se sont pas ingéniés à le compliquer pour avoir de bonnes raisons de distribuer des bonnets d’âne. 

C’est Romain, qui m’écrit de Gentilly, près de Paris, pour me demander : "Pourquoi le verbe dissoudre est aussi bizarre ?". "Déjà, c’est dissouDre", m’écrit-il, et l’adjectif féminin qui en découle n’est "pas dissouDE, ou même dissouDUE, comme on aurait pu s’y attendre, mais dissouTe" et, "encore pire au masculin, il ne se termine ni par un D, ni par un T".

Effectivement, en tout cas en orthographe traditionnelle, dissous se termine par un S : "Le comprimé est dissous", ce qui est absolument contre-intuitif, je suis bien d’accord avec vous, Romain.

Quid de dissous ?

Puisqu’on dit "dissouTE, on a envie d’écrire "dissout", avec un T… On nous a bien expliqué ça, à l’école primaire. Dans la plupart des cas, le féminin des adjectifs se forme en ajoutant un E au masculin (puisqu’on dit "une grandE maison", on sait que grand s’écrit avec un D final même si on ne l’entend pas ; comme on dit "une jupe vertE", on sait que la consonne finale de vert est un T), et hop, le mystère de la lettre muette est résolu, ce qui est super commode, il faut le reconnaître.

À lire aussi

Sauf qu’avec dissous/dissoute, apparemment, ça ne marche pas ! "Certains adjectifs ont une formation et une orthographe irrégulières au féminin, explique la Banque de dépannage linguistique sur son site Internet. Parmi ces adjectifs, il faut signaler ceux qui sont dérivés des participes passés des verbes terminés en –soudre", comme dissoudre. Le participe passé de dissoudre se termine par S au masculin et par TE au féminin, donc même punition pour l’adjectif.  

Maaaais… allez, j’ai quand même une bonne nouvelle pour vous, Romain : les rectifications orthographiques de 1990 autorisent désormais les deux orthographes, donc vous pouvez écrire dissout avec un T si ça vous chante. Ce n’est plus considéré comme une faute – évidemment, les conservateurs pervers dans mon genre préfèrent l’ancienne version, mais sentez-vous libre.

Quid de dissolu ?

Mais quid de "dissolu", au fait ? N’est-ce pas aussi un adjectif issu de dissoudre ? Attention, c’est vrai qu’on fait parfois la confusion, et c’est bien naturel, car les deux mots, dissous et dissolu remontent à un emprunt au XIIe siècle à la même origine latine, le verbe dissolvere, "séparer, désunir".

Mais dissolu signifie, selon Larousse, "dont les mœurs sont relâchées". Rien à voir avec la dissolution d’un cachet ou d’une institution. "Une assemblée dissoute", c’est une assemblée à laquelle on a mis fin, "une assemblée dissolue", c’est un ensemble de personnes dépravées ! Un mariage dissous, c’est un divorce ; un mariage dissolu, c’est un mariage… disons olé-olé ! En résumé, vous pouvez désormais écrire dissouS ou dissouT, mais évitez surtout la confusion avec dissolu !

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/