4 min de lecture Confinement

Déconfinement : à quoi ressemblera le réseau de transports en Île-de-France ?

Dès lundi 11 mai, la RATP met en place des mesures exceptionnelles pour faire respecter les consignes sanitaires de distanciation sociale dans le métro. À quoi faut-il s'attendre ?

Yves Calvi_ RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Déconfinement : à quoi ressemblera le réseau de transports en Île-de-France ? Crédit Image : GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP | Crédit Média : Morad Djabbari | Durée : | Date : La page de l'émission
Morad Djabari
et Marie Zafimehy

"Oublier le métro et le RER tels qu’on les connaissait avant la crise". C'est l'avertissement que donnait Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la maire de Paris Anne Hidalgo le 24 avril dernier sur l'antenne de RTL. Avec le déconfinement, les transports en communs de la capitale et de son agglomération vont prendre une toute autre allure : il faudra y respecter les consignes de sécurité sanitaire pour limiter la propagation du coronavirus.

Mercredi 6 mai, la PDG de la RATP Catherine Gouillard s'est dite face à "une grande inconnue" concernant l'afflux de passagers. Pour autant, elle a détaillé devant le Sénat le plan de déconfinement de l'entreprise publique. Celle-ci envisage de faire circuler en moyenne 75% des métros (85% sur la ligne 13, très chargée, et 100% sur les lignes automatiques 1 et 14), 75% des RER A et B, 75% des bus et de 80 à 100% des tramways.

La société de transports francilienne et la SNCF ont par ailleurs insisté sur la nécessité de poursuivre le télétravail autant que possible, et de favoriser les horaires décalés dans le but d'éviter une surpopulation des trains : une telle situation transgresserait les règles de distanciation indispensables pour freiner l'épidémie.

Filtrage et distanciation sociale

Dans son discours du 28 avril devant l'Assemblée nationale Édouard Philippe a annoncé les mesures qui devraient être appliquées dans les transports en commun. Parmi elles : "condamner un siège sur deux, favoriser, par des marquages au sol la bonne répartition sur les quais, se préparer à limiter les flux en cas d'affluence".

À lire aussi
Le Premier ministre Jean Castex, les ministres de la Santé et de l'Économie Olivier Véran et Bruno Le Maire, le 15 octobre 2020 en conférence de presse. coronavirus
Les infos de 12h30 - Coronavirus : un reconfinement évoqué, mais à quel prix ?

Pour s'adapter, la RATP a immédiatement créé un autocollant spécial : "Pour notre santé à tous, laissons ce siège libre", peut-on y lire. Dans un entretien au Journal du Dimanche publié le 3 mai, Valérie Pécresse a aussi confirmé qu'un marquage au sol pour séparer les personnes debout avait été mis en place.

La présidente de la région Île-de-France a par ailleurs précisé qu'elle souhait qu'un filtrage soit organisé dans "chaque grande gare et station" de métro et de RER. "Je demande le concours des forces de l'ordre pour y parvenir", exige-t-elle dans les pages de l'hebdomadaire. Catherine Gouillard acquiesce : il lui faudrait selon les scénarios de 1.500 à 5.000 personnes de "forces extérieures" pour surveiller le réseau, en plus des 3.000 agents déployés par la RATP. Sous peine de devoir fermer certaines stations.

Une éventualité à laquelle Jean-Baptiste Djebbari se prépare. Devant l'Assemblée nationale, le secrétaire d'État aux transports s'est dit conscient du risque de saturation des transports. "Nous envisageons (...) pour réguler (...) les flux de voyageurs, de délivrer des attestations" qui réserveraient les transports publics aux travailleurs à certaines heures, a-t-il noté. Devant le Sénat, Catherine Gouillard s'est dite favorable à cette possibilité (qui reste encore soumise à un "arbitrage interministériel").

Pour veiller au désengorgement des transports en commun, Anne Hidalgo envisage de développer encore davantage les pistes cyclables. Dans un courrier adressé aux employés de la ville, la maire de Paris évoque cette possibilité "notamment le long des lignes 1, 4 et 13" du métro.

Port du masque obligatoire

Autre changement majeur à partir du 11 mai : le port du masque sera obligatoire dans les transports. Toute personne sui ne respectera pas cette consigne sera susceptible d'être verbalisée à hauteur de 135 euros, soit le même montant qu'une infraction aux règles du confinement actuelles.

Grégoire de Lasteyrie, maire (LR) de Palaiseau (Essonne), délégué spécial aux nouvelles mobilités au conseil régional et administrateur dÎle-de-France mobilité a expliqué à 20 Minutes comment se conformer à cette exigence : premièrement, des masques seront distribués à l'entrée des stations

"La région Ile-de-France a acheté des masques et pourra en fournir sur les premiers jours à ceux qui n’en ont pas", précise-t-il au site internet. Les personnes titulaires d'un abonnement Navigo pourront elles retirer des masques en tissus aux guichets RATP et des masques seront vendus dans les gares, en point Relay. Les voyageurs pourront en outre acheter des masques et du gel dans les distributeurs de boissons et friandises, a assuré Catherine Gouillard, la PDG de la RATP lors de son audition au Sénat mercredi.

Hygiène et désinfection

Autre défi dans les transports en commun : la propreté. Dans son entretien au JDD, Valérie Pécresse a garanti que celle-ci serait assurée. "Nous allons doubler le nettoyage de toutes des surfaces de contact dans les véhicules, les gares et les stations, avec de puissants désinfectants, comme ceux utilisés dans les hôpitaux", explique-t-elle. "Nous avons aussi prévu que si un cas de contamination est avéré dans un train, ce dernier sera immédiatement décontaminé."

Un pacte de responsabilité

Enfin, pour faire respecter toutes ces consignes drastiques, la RATP compte sur la responsabilité de chacun. Comme le rapporte Le Parisien, la société de transports prévoit d'afficher un pacte dans les gares et stations de RER et de métro. 

Intitulé "Un nouveau pacte pour voyager autrement sur nos lignes", ce document listera les engagements de l'entreprise, mais aussi ceux de ses clients. Le journal explique qu'elle s'engage notamment à faire porter des masques à ses agents, mais qu'en contrepartie, elle attend des usagers qu'ils en fassent de même.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Confinement Coronavirus Métro
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants