1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. DÉBAT - Réforme des retraites : faut-il craindre une radicalisation du mouvement ?
2 min de lecture

DÉBAT - Réforme des retraites : faut-il craindre une radicalisation du mouvement ?

Thomas Portes, député Nupes-LFI de la Seine-Saint-Denis, et Xavier Iacovelli, sénateur Renaissance des Hauts-de-Seine, étaient les invités du débat de RTL ce mercredi 25 janvier.

La manifestation du 19 janvier 2023 contre la réforme des retraites.
La manifestation du 19 janvier 2023 contre la réforme des retraites.
Crédit : Thomas SAMSON / AFP
Thomas Portes et Xavier Iacovelli sont les invités de Yves Calvi
00:08:43
Yves Calvi_
Yves Calvi

La bataille contre la réforme des retraites continue. Mardi 24 janvier à l’Assemblée nationale, le gouvernement a été prié de répondre aux nombreuses questions des députés sur le projet de loi. Les syndicats eux, préparent, leurs journées d’action, avec notamment de nombreux appels à la grève dans différents secteurs, et même un préavis illimité dans les transports. Faut-il craindre une radicalisation du mouvement ? Pour répondre à cette question, Thomas Portes député Nupes-LFI de la Seine-Saint-Denis et Xavier Iacovelli, sénateur Renaissance des Hauts-de-Seine, étaient les invités du débat de RTL ce mercredi 25 janvier.

Alors qu'un gros poste de contrôle a été volontairement incendié mardi en Seine-et-Marne, et paralyse toujours le trafic à la Gare de l’Est, Thomas Portes a tenu à réfuter tout lien avec le mouvement social. "Ce n'est pas sérieux. Avant d'être député j'étais cheminot. J'ai mené de longues batailles mais les cheminots n'utilisent pas ce genre d'action. Nous sommes très attachés à notre outil de travail. Il n'y a jamais de dégradation dans les mobilisations sociales", souligne-t-il.

Un ancien secrétaire général de l’UNSA ferroviaire indiquait toutefois ce mercredi sur RTL que l’on ne pouvait pas exclure que cet acte de sabotage soit du fait d’agents de la SNCF car le local était recouvert par deux plaques de béton scellé, et les portes n’ont pas été forcées, signe d'une éventuelle complicité. "On condamne ce sabotage. Je ne mets pas en relation la question des grèves et le lien avec ce sabotage. Qu'il y ait un incendie volontaire, c'est une chose. Que ce soit corrélé avec les manifestations et le combat contre la réforme des retraites, c'est faire un raccourci", estime pour sa part Xavier Iacovelli qui souhaite "être prudent" en attendant les résultats de l'enquête.

Ces propos sont scandaleux. On ne peut pas parler de prise en otage pour une mobilisation

Thomas Portes

Les syndicats se préparent à des journées de grève, notamment mardi 31 janvier. "Le droit de mobilisation est constitutionnel. Il faut continuer le débat parlementaire. On va pouvoir améliorer les textes sur les questions de l'emploi des seniors, des femmes ou la pénibilité. Il y a des avancées à avoir. Le texte est pour une fois équilibré. Il demande à la fois des efforts aux Français et apporte des progrès nouveaux", explique Xavier Iacovelli, qui regrette toutefois "qu'on prenne en otage les Français et ceux qui peuvent se permettre d'aller en vacances, parfois modestes pour aller voir la famille". 

À lire aussi

"Ces propos sont scandaleux. On ne peut pas parler de prise en otage pour une mobilisation. J'entends que ce n'est pas le moment de faire grève en février, en été ou à Noël. Ce n'est jamais le bon moment. Mais c'est le gouvernement qui pourrit la vie des Français. 90% des Français ne veulent pas de la réforme", rétorque Thomas Portes, qui souligne que la moitié des Français soutient la grève et rappelle que la colère sociale dans le pays s'exprime par la grève quand le gouvernement ne dispose pas d'un mandat populaire.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires