2 min de lecture Hôpitaux

Crise des hôpitaux : "Les politiques publiques nous détruisent", déplore un infirmier

INVITÉ RTL - Hugo Huon, infirmier et auteur du livre "Urgences Hôpital en danger", est revenu sur le mouvement de grève qui touche le personnel hospitalier estimant que "le gouvernement ne se donne pas les moyens de ses ambitions".

Yves Calvi 3 Minutes pour Comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Crise des hôpitaux : "Les politiques publiques nous détruisent", déplore un infirmier Crédit Image : Philippe HUGUEN / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi édité par Quentin Marchal

C'est un livre qui risque de faire du bruit dans le monde médical. Urgences Hôpital en danger est l'oeuvre d'Hugo Huon, un infirmier âgé de 30 ans qui exerce depuis cinq ans à l'hôpital Lariboisière de Paris. À travers le témoignage de 21 infirmiers, aide-soignants et médecins, celui qui préside également le collectif "Inter Urgences" plonge dans le quotidien des urgences raconté depuis l'intérieur.

À travers le témoignage de 21 infirmiers, Hugo Huon raconte le quotidien des urgences de l'intérieur


Après onze mois de grève qui concerne près de 300 services d'urgences, Hugo Huon ne pense pas que ce mouvement "aggrave la crise des urgences" qu'il décrit dans son livre. Il précise qu'"il y a des effectifs minimums qui permettent que l'activité soit maintenue" et selon lui, "le gouvernement s'obstine et ne se donne pas les moyens de ses ambitions". 

Questionné sur le principal problème des urgences en France, l'auteur estime que lorsque la ministre de la Santé Agnès Buzyn parle d'un problème d'organisation, "elle a raison". Toutefois, "elle ne dit pas toute la vérité" selon lui puisque "c'est lié à des restrictions budgétaires". Il déplore également "une fracture et un manque de confiance entre l'administration et les soignants".

"Notre propre employeur ne nous veut pas de bien"

À lire aussi
Des infirmiers dans un hôpital (illustration) hôpitaux
Ségur de la santé : accord trouvé avec les syndicats sur les salaires à l'hôpital

Concernant les dispositions budgétaires attendues par le personnel médical de la part du gouvernement, Hugo Huon préfère voir le verre à moitié plein plutôt qu'à moitié vide. "Il faut voir combien ça coûte mais aussi combien ça rapporte et une population qui est heureuse et en bonne santé ne peut qu'être productive".

Cet infirmier trentenaire regrette que la France "a tellement fait des économies, qu'à l'heure actuelle, cela nous coûte plus cher". Il se justifie en évoquant les cas du "recours à l'intérim et de la sous-utilisation de l'appareil d'imagerie". 

La situation est arrivée à un point de non-retour tel que "les politiques publiques détruisent les collectifs de travail" et que la notion d'équipe dans le monde hospitalier, avec un turnover si important, "est de plus en plus ténu". Pour lui qui a arrêté de travailler depuis le 1er janvier, il ne sait pas s'il reprendra son métier : "Quand notre propre employeur ne nous veut pas de bien et ne se donne pas les moyens pour faire en sorte qu'on ait un bon outil de travail, à quoi cela sert-il que je me fatigue tous les jours?".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Hôpitaux Crise Grève
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants