1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Coronavirus : remèdes miracles, kits de dépistage... Gare aux arnaques
1 min de lecture

Coronavirus : remèdes miracles, kits de dépistage... Gare aux arnaques

VU DANS LA PRESSE - Kits de dépistage, médicaments miracles... La préfecture du Pas-de-Calais appelle les consommateurs à la vigilance concernant la présence de sociétés frauduleuses qui profitent de la crise liée au coronavirus.

Plus de 10.000 offres d'emploi sont déjà disponibles sur la plateforme "1 jeune, 1 solution". (illustration)
Plus de 10.000 offres d'emploi sont déjà disponibles sur la plateforme "1 jeune, 1 solution". (illustration)
Crédit : ISSOUF SANOGO / AFP
Sarah Belien

Attention aux mails et sites internet frauduleux. La préfecture du Pas-de-Calais rapporte la présence de produits illégaux et appelle donc les consommateurs à la plus grande vigilance sur les offres présentes sur Internet.

"Aucun produit, alimentaire ou non, ne protège ou ne guérit du coronavirus" et "la décontamination des logements privés n’est pas prévue à ce jour par les services de l’État," rappelle la préfecture, repris par La Voix du Nord.  Elle met également en garde contre "des sites internet frauduleux (qui) vendent du paracétamol ou des médicaments alléguant une efficacité contre le virus."

La crise liée au coronavirus donne matière aux sites frauduleux. Si des sites d'arnaques aux masques, gels et attestations étaient apparus durant le confinement, ce sont des kits de dépistages et autres kits de déconfinement qui sont désormais proposés. 

La préfecture ajoute que "seules les autorités sanitaires sont autorisées à effectuer le dépistage du coronavirus."

Vigilance sur les transferts d'argent

À lire aussi

Les arnaques sont de plus en plus difficiles à détecter car elles utilisent parfois des communiqués du ministère de la Santé ou des établissements bien connus du grand public. Elles aboutissent en général vers une demande de transfert d'argent.

Ainsi la préfecture du Pas-de-Calais met en garde contre "des individus (qui) exercent de manière illégale l’activité d’intermédiaire en financement participatif pour proposer une cagnotte au profit, par exemple, des personnels soignants" ou "des pratiques de phishing, de smishing (ou hameçonnage)" incitant "le consommateur à cliquer sur un lien ou à rappeler un numéro surtaxé (…) afin d’obtenir des données personnelles, notamment bancaires ou un transfert d’argent."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/