1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Coronavirus : pourquoi la réouverture des écoles à partir du 11 mai inquiète les syndicats
2 min de lecture

Coronavirus : pourquoi la réouverture des écoles à partir du 11 mai inquiète les syndicats

ÉCLAIRAGE - Édouard Philippe a annoncé dimanche 19 avril la réouverture "progressive" des établissements scolaires à partir du 11 mai. Une précision qui ne rassure pas le corps enseignant.

Une cour d'école maternelle (illustration)
Une cour d'école maternelle (illustration)
Crédit : AFP
Marie Zafimehy

Déconfiner élèves et enseignants, mais comment ? Depuis l'annonce de la réouverture des établissements scolaires à partir du 11 mai, les doutes se multiplient. Qu'il s'agisse de l'Ordre des médecins ou des élus locaux, tous s'inquiètent des conditions de sécurité sanitaire dans lesquelles s'effectuera cette reprise. Une appréhension portée par les syndicats de parents d'élèves et d'enseignants qui réclament des garanties à l'État.

Le 14 avril, Francette Popineau, secrétaire générale du Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire estimait sur RTL que les enseignants étaient "très favorables" à "l'idée de reprendre la classe". "En revanche, il faut le faire dans des conditions sanitaires suffisamment optimales pour ne faire prendre de risque à personne, ajoutait-elle. Les écoles sont des lieux de transmission forts et les enfants sont des vecteurs de la maladie."

Des mesures floues

Des inquiétudes qu'Édouard Philippe n'est pas parvenu à dissiper avec sa conférence dimanche 19 avril. Globalement, le SNUipp-FSU dénonce le "flou" qui persiste sur l'application des gestes barrières et des mesures de distanciation sociale malgré l'évocation d'un déconfinement "par moitié de classe". "Dans une classe de 30, ça nous fait un demi-groupe à 15, c'est beaucoup trop pour avoir de la distanciation"souligne la secrétaire générale du SNUipp-FSU auprès de France Info

Selon Hubert Salaün, porte-parole de la Fédération des parents d'élèves de l'enseignement public (Peep), "personne n'imagine une entrée massive des élèves dans les établissements". "Déjà le 11 ce sera peut-être d'abord les enseignants qui vont rentrer tranquillement pour pouvoir travailler, se retrouver, mettre en place ce qui va être fait. Puis après, les élèves vont revenir progressivement", suggérait-il dimanche sur RTL.

À lire aussi

Par ailleurs, malgré les pistes évoquées, Édouard Philippe n'a apporté aucune précision sur l'équipement mis à disposition du corps enseignant pour se protéger lui et les élèves du virus. Dans Le Journal du Dimanche, Anne Hidalgo a elle précisé que la Ville de Paris proposerait au moment du déconfinement, du gel hydroalcoolique dans tous les lieux publics, y compris les écoles.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/