2 min de lecture Tourisme

Coronavirus en France : comment gérer l'afflux de touristes ?

REPORTAGE - À Lège Cap Ferret, face à l'afflux de touristes, des mesures sont prises pour réduire les risques de contamination.

Yves Calvi 3 Minutes pour Comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Coronavirus en France : comment gérer l'afflux de touristes ? Crédit Image : TSCHAEN/SIPA | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Philippe De Maria et Stéphane Carpentier

Comment une station balnéaire gère-t-elle sa saison entre les craintes d’une épidémie et la nécessité de redémarrer le tourisme ? Sur la commune de Lège Cap Ferret, en Gironde, pour le 14 juillet, dès 9h du matin, il y a la cérémonie au monument aux morts. 

Entre la mairie et l’église, les anciens combattants sont là. Très peu portent un masque, et une élue embrasse copieusement un octogénaire porte-drapeau : "Quand on se connait très très bien, quand on est des vieux amis, on s’embrasse", déclare-t-elle.

La cérémonie est beaucoup plus sérieuse. Un mètre entre chaque participant, masque pour tout le monde. Le maire, Philippe De Gonneville : "Cette année exceptionnellement nous n’avons pas sollicité la population pour venir et nous n'avons pas organisé le défilé des pompiers qui normalement fait suite à cette manifestation."

Un afflux de touristes français

Les touristes sont pour autant présents. À 9h30, pas moins de 10 kilomètres de bouchons sur l’unique route qui mène au Ferret. "Il y a énormément de monde", constate Dominique qui tient un circuit de voitures électriques pour les enfants. "On n’a jamais vu ça en début juillet."

À lire aussi
Coronavirus : la Tour Eiffel au premier jour de confinement, mardi 17 mars 2020 Paris
Tour Eiffel : comment son sommet se déplace pendant les canicules

Un peu plus loin, au camping Couleur du Ferret, tenu par Bénédicte Richard : "Depuis fin juin, on n’avait un peu peur parce qu’il n'y avait pas les étrangers qui étaient au rendez-vous et il y a eu tout un report en fait des vacances des Français qui devaient partir à l’étranger et qui ne peuvent pas (…). Ça a l’air très bien  engagé."

Le maire, sur le marché couvert, s’adapte à l’afflux : "On a anticipé. Ici il y a un petit logo masque obligatoire, il y a du gel pour se laver les mains. Nous essayons dans la mesure du possible de faire respecter ces consignes."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Tourisme Coronavirus France Épidémie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants