4 min de lecture Coronavirus France

Coronavirus : non, les masques ne sont pas dangereux pour notre santé

FACT CHECKING - Le port du masque n'est absolument pas mortel, contrairement à ce que propage une publication sur Facebook.

>
Coronavirus : non, les masques ne sont pas dangereux pour la santé Crédit Image : PHILIPPE LOPEZ / AFP | Crédit Média : Jean-Mathieu Pernin | Durée : | Date :
micro générique
Jean-Mathieu Pernin

Le masque est en passe de devenir obligatoire dans les lieux public clos, a annoncé Emmanuel Macron ce mardi 14 juillet. Pas souvent respecté, parfois mal porté, le masque fait aussi l'objet d'infox sur les réseaux sociaux. Ainsi, une publication sur Facebook assurait que le port du masque était dangereux pour la santé. 

En cause, le port du masque qui, à en croire le message repéré par AFP Factuel et partagé plus de 16.000 fois, provoquerait un manque d'oxygène car les personnes respireraient en fin de compte leur propre air expiré : "Si un masque est porté trop longtemps, on risque de voir l'oxygène dans le sang diminuer, l’oxygène du cerveau diminuer, vous risquez de commencer à vous sentir faible et enfin, celui-ci peut entraîner la mort car, en réalité, sous le masque, nous respirons notre propre gaz carbonique expiré". 

C’est un message tellement important que l’auteur a écrit en lettres capitales, "Prenez des notes s’il vous plait". Ce genre de message se multiplie depuis que le masque est devenu notre quotidien. Dans le monde entier certains affirment que le masque est un danger, un propagateur de virus et bien sûr cela est faux comme l’explique à l’AFP de nombreux médecins. 

"Un masque n'est pas un circuit fermé. Presque tout l'air expiré s'échappe du masque donc vous ne respirez pas votre propre CO2", explique Shane Shapera, directeur du programme des maladies pulmonaires de l'hôpital public de Toronto. Mais en fait dans cette affaire de masques, nous ne sommes pas dans une histoire médicale mais quelque peu politique.

Une fake news "made in USA"

À lire aussi
Des membres de la confrérie du jambon de Bayonne en 2002 bayonne
Coronavirus en France : la Foire au jambon de Bayonne annulée

Elle vient de partout avec l’idée que ce qui est nouveau est suspect, mais cette affaire de masque tueur prend vraiment racine aux États-Unis. Actuellement, on peut voir des vidéos d’Américains protestant contre le port du masque, atteinte à la liberté crient-ils sans penser qu’il s’agit d’une atteinte à la bonne santé également.

À la base de ce combat anti-masque, une femme, Judy Mikovits, scientifique et propagatrice officielle de fake news sur le coronavirus. Elle figure dans une vidéo partagée des millions de fois sur les réseaux sociaux et issus d’un documentaire baptisé Plandémie, film documentaire américain vu plus de 20 millions de fois et banni de YouTube pour son contenu controversé.

Mikovits y dénonce une fausse épidémie, des vaccins inutiles, des masques dangereux, le parfait manuel du castor junior complotiste. Donc non, les masques ne tuent pas, le seul souci hormis la chaleur est de les changer régulièrement. Si vous portez le même depuis début mars, c’est une pièce de musée plus qu’un barrage contre le covid-19.

D'autres intox concernent les masques

Les intox concernant les masques sont extrêmement nombreuses mais deux sont particulièrement persistantes. La première est le test de la bougie. Très simple, vous êtes masqué et vous soufflez sur une flamme. Si elle s’éteint, les mailles de votre masque sont trop lâches et donc ne protègent pas assez. Si elle ne s’éteint pas, le masque est efficace.

De très nombreuses vidéo circulent à ce sujet depuis le mois d’avril. Libération a contacté le centre d’expertise et d’essais de la Direction générale de l’armement (DGA), qui a eu la responsabilité d’établir un cahier des charges pour les masques grand public. Le verdict est sans appel, ce test ne signifie rien. Doit-on rajouter qu’il n’y a aucune valeur scientifique à ces essais ?

Autre intox apparue au début du confinement : nettoyer son masque avec de la vapeur d’eau. C’est faux. Les masques chirurgicaux n’ont pas vocations à être lavés. De plus, la vapeur, explique la cheffe du service de pharmacie de l’hôpital du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne) interrogé par le journal Le Progrès, "ne lave pas, au contraire, elle fixe les résidus sur les surfaces". Prudence, les fake news ne prennent pas de vacances, la meilleure protection contre le coup de soleil de la désinformation, ne partagez pas. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Coronavirus Coronavirus États-Unis
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants