2 min de lecture Santé

Coronavirus : Castex souhaite une vaccination "dans le calme et dans l'ordre"

Face aux retards de livraisons de vaccins, le Premier ministre a assuré samedi 16 janvier que le défi de la vaccination serait relevé et souhaite pour cela une campagne "progressive" et "dans l'ordre".

Coronavirus : non, la protection juridique des médecins, ne prouve pas la dangerosité du vaccin
Coronavirus : non, la protection juridique des médecins, ne prouve pas la dangerosité du vaccin Crédit : ALAIN JOCARD / AFP
Sarah Belien
Sarah Belien
et AFP

Le Premier ministre a souhaité écarter toutes les critiques autour de la campagne de vaccination, qui s'ouvre aux personnes âgées de plus de 75 ans et aux personnes les plus vulnérables lundi 18 janvier. Ainsi, lors d'un déplacement à Lyon ce samedi 16 janvier, Jean Castex a affirmé vouloir une campagne de vaccination "progressive", "dans le calme et dans l'ordre".

À ce jour, 390.000 personnes avaient été vaccinées à ce jour en France et un million de rendez-vous de vaccination ont été pris, rappelle le Premier ministre, qui doit faire face aux accusations de lenteurs. Jean Castex assure toutefois que le défi "serait relevé" même s'il est impossible de vacciner les plus de 75 ans "en quelques jours".

"Je vous rappelle à toutes et à tous que ces vaccinations s'effectueront dans l'ordre et dans la sécurité du à nos concitoyens", a affirmé le chef du gouvernement aux côtés du président (LR) de la région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez. Ces vaccinations "s'effectueront de manière progressive, au fur et à mesure que les 200 millions de doses de vaccin que la France a commandées ou pré-commandées arriveront sur le territoire national", a-t-il ajouté.

Le défi sera relevé "dans le calme"

"On ne pourra pas vacciner en quelques jours, pas plus en France qu'ailleurs, les cinq millions de personnes âgées de plus de 75 ans qui pourront commencer à être vaccinés dès lundi", a reconnu Jean Castex. "Ce défi-là aussi, il sera relevé (...) dans le calme et en disant la vérité aux gens, même lorsque les processus de fabrication entraîneront comme on le voit parfois des retards de livraison dans notre pays", a-t-il affirmé, répondant aux inquiétudes provoquées la veille par l'annonce par Pfizer d'une baisse de cadence "pour trois à quatre semaines".

À lire aussi
vaccin
Vaccin contre le coronavirus : "Les généralistes n'en peuvent plus", dénonce le Dr. Giannotti

Samedi, le laboratoire a toutefois indiqué avoir mis en place un "plan" pour accélérer la production et revenir au calendrier initial de livraisons à l'Union européenne "à partir de la semaine du 25 janvier".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Épidémie Coronavirus France
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants