1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. "La technique de l'ARN est très puissante chez le porteur de tumeur", dit la Pr Zitvogel
1 min de lecture

"La technique de l'ARN est très puissante chez le porteur de tumeur", dit la Pr Zitvogel

INVITÉE RTL - La technique de l'ARN messager, utilisée dans les vaccins anti-covid, est aussi un motif d'espoir dans la lutte contre le cancer, explique la Professeure Laurence Zitvogel, de l'Institut Gustave Roussy.

Cette photo prise le 15 janvier 2021 montre des ampoules du vaccin Pfizer-BioNTech non diluées pour Covid-19, conservées à -70 ° dans un super congélateur de l'hôpital du Mans.
Cette photo prise le 15 janvier 2021 montre des ampoules du vaccin Pfizer-BioNTech non diluées pour Covid-19, conservées à -70 ° dans un super congélateur de l'hôpital du Mans.
Crédit : JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
"La technique de l'ARN est très puissante chez le porteur de tumeur", dit la Pr Zitvogel
02:42
Christelle Rebière

Le vaccin de Pfizer, qui serait efficace à 90 % pour prévenir la Covid-19, est un vaccin à ARN. Cette technique de l'ARN messager est aussi un motif d'espoir dans la lutte contre le cancer.

Selon la Professeure Laurence Zitvogel de l'Institut Gustave Roussy "nous avons plus de 8 ans de recul dans cette dimension. L'ARN rentre dans le chef d'orchestre du système immunitaire qui va donc permettre de stimuler les lymphocites qui vont tuer les cellules tumorales".

Cette technique d'ARN est extrêmement puissante pour monter une immunité protectrice chez le patient porteur de tumeur. Selon Laurence Zitvogel "c'est une révolution quand on l'utilise au bon moment, c'est-à-dire chez des patients qui ont un diagnostic de cancer de mauvais pronostic et avant la rechute métastatique".

Ce n'est pas encore démontré, "mais 9 patients sur 108 ont eu une réponse très palpable et donc convaincante". D'autres résultats doivent venir surtout en combinaison avec l'immunothérapie, les anticorps anti-PD1, anti-PDL1 et anti-CTLA-4. Ils sont actuellement très administrés dans le mélanome du cancer du poumon.

Ce traitement personnalisé va-t-il se développer ?

À lire aussi

À l'Institut Gustave Roussy, les chercheurs l'ont déjà administré à des patients porteurs de cancer prostatique, de cancer mammaire. "Nous pouvons donc nous détendre par rapport à la sécurité du produit", affirme la professeure.

Ce traitement est déjà généralisé selon Laurence Zitvogel, "c'est ce qu'on appelle la personnalisation de l'immunothérapie. C'est encore à l'étude puisque comme l'a dit le PDG de Moderna, nous avons besoin d'avoir davantage de cas (...) pour faire la corrélation entre l'immunité du patient et la régression de la tumeur."

Ces traitements ne coûtent pas si cher "dans le sens où les liposomes sont de petites particules à formulation du vaccin. C'est-à-dire que c'est de l'ARN qui est mélangé à des particules lipidiques, et cette formulation n'est pas extrêmement cher".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/