2 min de lecture Confinement

Coronavirus : 1,5 million de personnes ont changé de lieu de vie avant le confinement

L'Institut national des statistiques et des études économiques (INSEE) a publié les résultats consolidés des déplacements de population en vue du confinement.

Départ en vacances gare de Lyon à Paris, en juillet 2016
Départ en vacances gare de Lyon à Paris, en juillet 2016 Crédit : FRANCOIS GUILLOT / AFP
signature paul turban
Paul Turban Journaliste

L'annonce du confinement a entraîné le changement de lieu de résidence de nombreux Français. Ce mardi 19 mai, l'Institut national des statistiques et des études économiques (INSEE) a publié les résultats consolidés de la population présente sur le territoire avant et après le début du confinement. Selon elle, "près de 1,5 million de métropolitains ont rejoint leur département de résidence à la mise en place du confinement."

Seuls Paris (75) et les Hauts-de-Seine (92) ont vu leur population diminuer pendant le confinement selon ces données. "Un peu moins d’un quart des départements accueille depuis le confinement autant ou plus de non-résidents qu’avant, avec toutefois des ampleurs restant très modérées : au plus 8.000 dans l’Eure, 7.000 dans l’Eure-et-Loire et l’Yonne, 6.000 dans les Côtes-d’Armor", explique l'INSEE.

Dans cette nouvelle publication, l'INSEE offre des données qui permettent de comprendre le phénomène. Ainsi, sur 9 millions de 18-29 ans, "2,7 millions ne résident pas dans le département où elles sont nées, dont 729.000 étudiants." Paris, qui a perdu nombre de ses habitants, compte 265.000 jeunes (dont 63.000 étudiants) nés hors du département et ne résidant pas chez leurs parents, soit 12 % de sa population.

Confinement en résidence secondaire

Autre élément d'analyse, "3,4 millions de Français métropolitains font partie d’un ménage rattaché fiscalement à une résidence secondaire dans un autre département que leur résidence principale." Il s'agit principalement des départements qui ont connu de nombreux départs.

14 % de la population parisienne et 12 % de la population des Hauts-de-Seine sont concernés, ainsi que 8 à 10 % des habitants des Yvelines, du Val-de-Marne et de l’Essonne. Trois départements ont 7 % de leur population rattachée à une résidence secondaire hors du département : les Bouches-du-Rhône, le Rhône et la Haute-Garonne.

À lire aussi
Carte bancaire : le coup de pouce technologique coronavirus
Confinement : les refus de paiement en espèce ont bondi

A l'opposé, les résidences secondaires expliquent une partie des arrivées. "Le Var est susceptible d’accueillir au total 178.000 membres d’un ménage détenteur d’une résidence secondaire. Le Var est suivi de la Vendée (146.000 personnes) et de l’Hérault (145.000 personnes)."

"En plus des deux départements savoyards, la Charente-Maritime, le Morbihan et le Calvados comptent aussi plus de 100.000 personnes disposant d’une résidence secondaire et dont la résidence principale se situe dans un autre département." De même, "certaines des 30.000 personnes rattachées à une résidence secondaire dans l’Eure ont pu la rejoindre, respectivement 23.000 pour l’Eure-et-Loir et 36.000 pour l’Yonne. Il s’agit des trois départements qui accueillent les plus hauts surcroîts de non-résidents depuis la mise en place du confinement."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Confinement Coronavirus Insee
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants