1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Convention pour le climat : le Medef juge certaines propositions "extrêmes"
1 min de lecture

Convention pour le climat : le Medef juge certaines propositions "extrêmes"

Le Medef a salué dimanche 21 juin le "sérieux" du travail fourni par la Convention citoyenne pour le climat, mais déplore le manque de chiffrage des mesures dévoilées.

Le Premier ministre Édouard Philippe lors de l'ouverture de la "Convention Citoyenne pour le Climat" qui s'est tenue au Conseil économique français, social et environnemental
Le Premier ministre Édouard Philippe lors de l'ouverture de la "Convention Citoyenne pour le Climat" qui s'est tenue au Conseil économique français, social et environnemental
Crédit : Ian LANGSDON / POOL / AFP
Sarah Belien & AFP

Le Medef a qualifié le travail fourni par les citoyens de la Convention citoyenne pour le climat, qui s'est achevée dimanche 21 juin, de "sérieux", mais juge que certaines propositions sont "extrêmes" et déplore le manque de chiffrage des mesures dévoilées.

"Nous étions assez dubitatifs au début. Le boulot a été fait sérieusement, nous avons été agréablement surpris par le sérieux du travail mené", a commenté Patrick Martin, président délégué de l'organisation patronale. Il évoque "des bases de discussion" et attend de voir "quand on rentrera dans le détail". Car "il n'y a pas de chiffrage", déplore Patrick Martin, ajoutant que, "à un moment ou à un autre, ces propositions auront un coût".

"Au cas par cas, certaines propositions sont extrêmes", a-t-il estimé, évoquant l'interdiction de certains vols intérieurs, "surtout quand on connaît la situation d'Air France" et le fait que certains territoires sont enclavés. Patrick Martin a également exprimé sa satisfaction concernant le retrait de la proposition de réduire le temps de travail à 28 heures par semaine: "C'était un chiffon rouge, un suicide économique et social, il a été évacué".

La Convention citoyenne pour le climat a demandé l'introduction de la lutte contre le réchauffement climatique dans la Constitution, ainsi que la création d'un crime "d'écocide" par référendum. Le chef de l'État recevra les 150 citoyens de la Convention le 29 juin pour donner suite à ces votes.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/