1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Cold cases : quels moyens d'enquête en France ?
2 min de lecture

Cold cases : quels moyens d'enquête en France ?

ÉCLAIRAGE - Alors que M6 va lancer une nouvelle émission, "Appels à témoins", sur les cold cases, RTL s'intéresse aux moyens attribués à ces affaires.

Un scientifique effectue un prélèvement ADN (Illustration).
Un scientifique effectue un prélèvement ADN (Illustration).
Crédit : Andrew Brookes / Cultura Creative
Cold cases : quels moyens d'enquête en France ?
02:28
Alice Moreno - édité par Coline Daclin

Les cold cases, ces affaires criminelles non résolues nous fascinent. La douleur des victimes est interminable, face à l'horreur et sans réponse. Ce lundi 7 juin au soir, M6 vous proposera sa première émission "Appels à témoins", avec un concept : aider à relancer ces affaires vieilles parfois de plusieurs décennies. 

Selon le dernier recensement du ministère de la Justice, on compterait à ce jour quelque 250 dossiers considérés comme des cold cases, mais ce serait là une sous estimation... D'ailleurs, Vendôme procède à une réévaluation du nombre d'affaires. Didier Seban, avocat emblématique de ces affaires non élucidées, parle lui de plusieurs milliers de cold cases en réalité.

Chaque année, environ 800 meurtres sont commis en France. 80% d'entre eux sont élucidés, et les 20% restants demeurent mystérieux. Autant d'affaires qui vont rentrer progressivement dans la case cold case.

La science progresse, et fait avancer les enquêtes

Le progrès scientifique joue un rôle très important dans la résolution de ces affaires. L'analyse de l'ADN notamment, est de plus en plus pointue. Il y a encore dix ans, une trace importante de sperme ou de sang était nécessaire pour obtenir un vrai résultat. Aujourd'hui, seules quelques cellules permettent d'obtenir une réponse.

À lire aussi

Le procureur Jacques Dallest, spécialiste des cold cases, s'inquiète d'ailleurs de la bonne conservation des scellés. Une trace qui ne parle pas aujourd'hui, parlera peut-être dans 10, 20 ou 30 ans grâce au progrès de la science.

De nouvelles mesures dans la loi ?

En France, on n'enquête pas suffisamment bien sur ces cold cases. Des victimes en souffrent, à l'image d'Éric Mouzin, le père de la petite Estelle, qui a attaqué l'État pour "faute lourde", pour sa mauvaise gestion de l'enquête.

Les autorités veulent donc faire améliorer les moyens d'enquête. Le projet de loi "pour la confiance dans l'institution judiciaire", prévoit d'ailleurs deux mesures spécialement dédiées aux cold cases. D'abord, la création d'un pôle national spécialement dédié, avec des magistrats qui seraient exclusivement chargés de ces dossiers sans être pollués pas la petite délinquance. Ils resteraient longtemps en poste pour assurer le suivi des enquêtes.

Autre mesure prévue, le versement des ADN des victimes au fichier national des empreintes génétiques, une nouvelle et précieuse banque d'informations pour les enquêteurs. Aujourd'hui, seuls les ADN des auteurs y sont inscrits.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/