1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Cold cases : "Dans le lot de témoignages parfois farfelus peuvent se glisser des révélations"
1 min de lecture

Cold cases : "Dans le lot de témoignages parfois farfelus peuvent se glisser des révélations"

INVITÉ RTL - "Un témoignage, même des années plus tard, peut être fondamental pour la manifestation de la vérité", assure Jacques Dallest, procureur général de Grenoble et auteur d'un rapport sur la prise en charge des affaires non élucidées.

Une statue de la déesse de la justice équilibrant les balances (illustration).
Une statue de la déesse de la justice équilibrant les balances (illustration).
Crédit : LOIC VENANCE / AFP
Justice : 26 propositions pour relancer les affaires non élucidées
08:38
Cold cases : "Dans le lot de témoignages parfois farfelus peuvent se glisser des révélations"
08:38
Yves Calvi_
Yves Calvi - édité par Marie Gingault

Un rapport vient d'être remis au ministère de la Justice et formule un certain nombre de propositions, après un an et demi de travail. Jacques Dallest, le procureur général de Grenoble, est l'invité de RTL ce jeudi. Il a dirigé le groupe de travail, composé de magistrats, policiers, gendarmes, avocats, sur les affaires non élucidées (cold cases). 

Au total, 26 propositions. Parmi elles, la création d'un site internet accessible à tous et recensant les affaires toujours en cours. "Je crois qu'on ne peut pas se priver aujourd'hui de tous les supports de communication, internet, les réseaux sociaux, il faut passer par là pour que des affaires anciennes, qui peuvent être dans une impasse, puissent être réactivées par des témoignages, par des éléments nouveaux", souligne le procureur. 

"Il y a des dossiers où toutes les pistes ont pu être évoquées, traitées, épuisées, et seule une relance d'une affaire par un témoignage, même des années plus tard, peut être fondamental pour la manifestation de la vérité", insiste Jacques Dallest. Toutefois, il rappelle qu'il y a aussi "les effets pervers d'une médiatisation". 

"Vous avez un certain nombre d'individus qui vous diront qu'ils connaissent la clé de l'énigme, mais dans le lot de témoignages qui peuvent être farfelus, peuvent se glisser des véritables révélations qui peuvent faire progresser considérablement une enquête criminelle", assure celui qui souhaite que la durée de la prescription soit relevée à 30 ans.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/