1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Cold cases : M6 lance "Appel à témoins" pour réactiver les enquêtes inabouties
3 min de lecture

Cold cases : M6 lance "Appel à témoins" pour réactiver les enquêtes inabouties

Ce type de programme avait disparu des chaînes historiques depuis les années 1990.

Le siège du groupe M6 à Neuilly-sur-Seine
Le siège du groupe M6 à Neuilly-sur-Seine
Crédit : AFP
Jérémy Billault
Journaliste

Redonner une chance à des affaires non élucidées avec "dignité, humanité et sans voyeurisme" : tel est l'objectif d'Appel à témoins, la nouvelle émission de M6, un type de programme disparu des chaînes historiques depuis les années 1990.

Diffusée le 7 juin en première partie de soirée, l'émission de deux heures remettra un coup de projecteur sur trois affaires non résolues : la disparition en 2015 de Lucas Tronche, 15 ans, celle la même année de la septuagénaire Suzanne Bourlier et le meurtre de Gaëlle Fosset, 21 ans, en 2007.

"Cette émission, c'est un peu la dernière chance" et "un outil supplémentaire qui n'existait pas jusqu'ici", explique à l'Agence France-Presse Camille Chaize, porte-parole du ministère de l'Intérieur, partenaire de l'émission avec le ministère de la Justice. "Ce sont vraiment des affaires sur lesquelles on estime avoir tout mis en œuvre en termes d'éléments d'enquêtes", poursuit-elle.

Un traitement sans voyeurisme

Cette collaboration est née d'un projet proposé par le producteur Jean-Marie Goix, qui a su convaincre la place Beauvau et la Chancellerie, qui cherchaient de leur côté comment relancer des enquêtes inabouties.

À lire aussi

Les ministères ont toutefois posé leurs conditions : que les dossiers soient "traités avec dignité, sans voyeurisme avec l'accord à la fois des familles, des magistrats et des enquêteurs" et que ces derniers puissent eux-mêmes proposer les affaires pour lesquelles une forte médiatisation serait susceptible "de changer la donne", précise Camille Chaize.

Actuellement, entre 250 à 300 "cold cases" (meurtres non élucidés), 1.300 dossiers de disparitions inquiétantes non résolues et 700 cadavres non identifiés sont recensés au niveau national par les services d'enquête de police et de gendarmerie.

"Nous avons un intérêt particulier à cette émission pour essayer de résoudre tous ces dossiers", confirme le colonel Fabrice Bouillié, chef du service central de renseignement criminel de la Gendarmerie Nationale, lors de la présentation de l'émission à la presse.

Pas de reconstitution des faits

Donc hors de question de reconstituer les faits afin de préserver les familles qui viendront témoigner, expliquer leurs parcours et leurs attentes sur le plateau, ajoute auprès de l'Agence France-Presse Jean-Marie Goix, qui a mûri le projet pendant trois ans. La chaîne prévoit plutôt des "envoyés spéciaux sur le 'terrain' pour rencontrer des témoins" et permettre "de mieux visualiser les lieux clefs des affaires".

La nouveauté de l'émission : la présence en plateau de policiers, gendarmes et magistrats. Ces derniers y expliqueront leur travail depuis le début de l'enquête et décriront leurs méthodes lors de séquences plus pédagogiques.

Sera également déployée une "call-room", composée de huit policiers et gendarmes, pour recueillir de nouveaux témoignages en plateau (via un numéro non surtaxé -- 0800 10 11 21 -- et par mail -- appelatemoinsM6@interieur.gouv.fr).

Aider les familles désemparées

Afin de ne pas perdre d'appels et de risquer la rétraction de potentiels témoins, la chaîne précise mettre en place "un standard sécurisé capable de recevoir et de gérer des centaines d'appels téléphoniques", qui seront tous enregistrés. En cas d'appel intéressant, les chefs d'enquêtes, présents durant l'émission, pourront également répondre aux appels à l'abri des caméras, souligne-t-elle.

Au travers de ces dispositifs, les autorités espèrent aussi "arriver à canaliser la bonne volonté et le soutien" de "collectifs de citoyens un peu justiciers qui essaient de remonter la trace", affirme Camille Chaize. "Nous voulons aider les familles souvent désemparées qui veulent continuer de se battre, d'y croire", affirme pour sa part Jean-Marie Goix de M6.

Pour y parvenir, la chaîne s'alliera avec RTL qui reviendra sur les affaires dans l'émission L'heure du crime, présentée par Jean-Alphonse Richard du lundi au jeudi de 20h à 21h, et durant la matinale d'Yves Calvi.

Appel à témoins entend aussi renouveler un genre disparu depuis la fin des années 1990 avec l'arrêt des émissions Perdu de vue et Témoin numéro un, respectivement dédiées aux personnes disparues et aux affaires non élucidées, présentées par Jacques Pradel.

La rédaction vous recommande
Sur les thématiques :

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/