1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. La police judiciaire va rouvrir ses "cold cases" et tenter de faire parler l'ADN
1 min de lecture

La police judiciaire va rouvrir ses "cold cases" et tenter de faire parler l'ADN

Info RTL INFO RTL - La police judiciaire va rouvrir ses dossiers non résolus, pour voir si l'ADN permet de relancer l'enquête comme pour l'affaire des disparues de Perpignan.

Un suspect a été identifié grâce à des traces d'ADN
Un suspect a été identifié grâce à des traces d'ADN
Crédit : AFP
Cold-cases et ADN
01:00
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud

C'est une requête désormais officielle et formelle. Elle a été faite dans un e-mail rédigé par un des services d'élite de la police française, l'Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP). Ses enquêteurs sont les spécialistes des "cold-cases", les affaires non-résolues.

L'OCRVP demande donc à tous les services de la police judiciaire (PJ) de rédiger et d'envoyer une liste précise, exhaustive, de tous leurs vieux dossiers de meurtres et de tentatives de meurtres. Ce sont parfois des affaires parfois vieilles de 20 ans, pas encore prescrites. Un logiciel informatique de recoupement, baptisé SALVAC, existe déjà, certes, mais d'après de nombreux enquêteurs sa base de données est sans doute incomplète, pas forcément à jour, souvent la faute aux trop nombreuses affaires urgentes à traiter. 

L'objectif désormais est donc simple : ne rien laisser au hasard, le moindre élément devra être signalé : une empreinte digitale, un nouveau témoignage, une trace ADN impossible à exploiter jusqu'à présent mais qui serait maintenant susceptible de parler et de livrer le nom d'un coupable.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/