1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Changement d'heure : pourquoi un pic d'accidents est-il prévu ?
2 min de lecture

Changement d'heure : pourquoi un pic d'accidents est-il prévu ?

Face au pic d'accidentalité constaté chaque année après le passage à l'heure d'hiver, la Sécurité routière tient à rappeler les bonnes pratiques à respecter.

La tempête Gabriel a recouvert la France de neige dans la nuit de mardi 29 à mercredi 30 janvier 2019
La tempête Gabriel a recouvert la France de neige dans la nuit de mardi 29 à mercredi 30 janvier 2019
Crédit : DAMIEN MEYER / AFP
Joanna Wadel & AFP

En prévision du passage à l'heure d'hiver dans la nuit de samedi 29 à dimanche 30 octobre - à 3 heures du matin, il sera 2 heures - la Sécurité routière débute sa prévention. Car chaque année, un pic d'accidents de la route est constaté après le week-end du changement d'heure. En cause, la perte de luminosité, qui fait des ravages sur les routes.

Le phénomène est tel que d'un mois à l'autre, le taux d'accidents bondit : les données l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) font état d'une progression de 42%, constatée entre octobre et novembre sur la période de 2015 à 2019. 

D'après l'organisme dépendant du ministère de l'Intérieur, la majorité des accidents impliquent des piétons et des conducteurs de vélo, dont beaucoup ont du mal à appliquer les bons réflexes de mobilité nocturne. Les vêtements de couleurs sombres, privilégiés durant l'hiver, joueraient un rôle non négligeable. 

"Dans les phares d’une voiture, les autres usagers sont visibles à seulement 20 mètres lorsqu’ils sont vêtus de noir. Or, à 50 km/h, une voiture a besoin au minimum de 25 mètres pour s’arrêter sur sol sec (38 mètres sur sol mouillé). Avec des accessoires réfléchissants, ils sont visibles à 150 mètres", a donc souligné la Sécurité routière.

Les bons réflexes à adopter

À lire aussi

La délégation a rappelé "aux piétons, cyclistes et utilisateurs de trottinettes", les bonnes pratiques à adopter pour endiguer la surmortalité des piétons durant la période hivernale : "porter des vêtements clairs et à opter pour des dispositifs rétroréfléchissants (gilet, brassard, gants, bandes sur le sac à dos, le cartable, etc.)", a encore souligné la Sécurité routière. Les automobilistes sont également invités à redoubler de vigilance. 

Des précautions négligées

Si les précautions sont connues, une étude réalisée en ligne du 6 et 11 octobre 2022 par Harris Interactive sur 2.039 personnes pointe que, si 70% des personnes interrogées estiment les adopter sur la voie publique, seuls 73% des piétons empruntent systématiquement les trottoirs lorsque la visibilité est réduite et 29% portent des vêtements clairs. De plus, la moitié des cyclistes ne porte pas systématiquement d’accessoires réfléchissants. À trottinette électrique, 38 % des utilisateurs n’allument pas systématiquement leurs feux.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.