1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Changement d'heure : quelles conséquences en matière de sécurité routière ?
1 min de lecture

Changement d'heure : quelles conséquences en matière de sécurité routière ?

ÉCLAIRAGE - Entre octobre et mars, pendant l'heure d'hiver, les accidents de la circulation augmentent fortement.

Sur les 3 deniers mois plus de 18 000 heures de conduite ont été enregistrées auprès de 800 volontaires.
Sur les 3 deniers mois plus de 18 000 heures de conduite ont été enregistrées auprès de 800 volontaires.
Crédit : PHILIPPE DESMAZES / AFP
Changement d'heure : quelles conséquences en matière de sécurité routière ?
04:40
Claire Gaveau
Claire Gaveau

Les longues journées estivales sont bien terminées. Dans la nuit du 28 au 29 octobre, la France passe à l'heure d'hiver. Et si cela va permettre à tout le monde de gagner une heure de sommeil supplémentaire ce weekend, d'autres conséquences sont également notables. En première ligne ? La perte de luminosité et donc de visibilité. 

En matière de sécurité routière, cela se traduit notamment par une augmentation importante des accidents de la circulation entre les mois d'octobre et mars. La faute notamment aux heures dites entre "chien et loup", la période où la lumière décline. "En été, il y a moins de trafic lors de cette période située entre 22 heures et 23 heures. Mais là, on avance ce 'chien et loup' entre 17 heures et 19 heures. Cela concentre tout le trafic avec les sorties du travail, les sorties d'école", explique Anne Lavaud, déléguée générale de la prévention routière.

Une surmortalité des piétons

Et les piétons sont particulièrement concernés alors que pendant l'heure d'hiver, un accident sur deux se produit entre 17 heures et 19 heures. "Les mois d'hiver sont des mois de surmortalité pour les piétons", explique-t-elle. Et d'ajouter : "Il faut voir mais aussi être vu". Une sensibilisation est donc primordiale, elle est en ce sens portée par les Agents généraux d'assurance, attentifs à prévenir les dangers liés à ce changement d'heure aux conséquence peu connue en terme d'accidents de la route. 

Problème, en hiver, les couleurs sombres sont de sortie. Ce qui ne facilite pas les automobilistes sur les routes. "Quand on est dans la rue en couleurs sombres, on est visible à 25 mètres. Avec les mêmes vêtements de couleurs claires, on est visible à 40 ou 45 mètres", détaille-t-elle.

À écouter aussi

Et ces chiffres peuvent aisément être augmentés. Le recours à des bandes et brassards fluorescents ou des accessoires spécifiques comme des sacs à dos et manteaux permet ainsi d'être vu à 140 voire 150 mètres. "Cela permet à l'automobiliste de réagir dans les temps nécessaires pour éviter le piéton", conclut-elle. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/