2 min de lecture Cinéma

César 2020 : après la cérémonie, Fanny Ardant prend la défense de Roman Polanski

Après avoir reçu le prix du meilleur second rôle, lors de la 45e cérémonie des César, Fanny Ardant a créé la polémique en défendant le cinéaste Roman Polanski, accusé de viols et lui-même récompensé par le prix de la meilleure réalisation avec "J'accuse".

Fanny Ardant a reçu le prix du meilleur second rôle pour "La Belle Epoque", lors de la cérémonie des César 2020.
Fanny Ardant a reçu le prix du meilleur second rôle pour "La Belle Epoque", lors de la cérémonie des César 2020. Crédit : JOHANNA LEGUERRE / AFP
Camille Descroix
Camille Descroix
et AFP

Une cérémonie des César sous le feu des critiques. La grande messe annuelle du cinéma français, qui a eu lieu vendredi 28 février à la Salle Pleyel à Paris, a provoqué l'indignation d'une partie de l'opinion publique après la récompense du meilleur film attribué à Roman Polanski, visé par plusieurs accusations de viol. Fanny Ardant, actrice aussi récompensée, lui a elle apporté son soutien.

Celle qui a reçu la statuette du meilleur second rôle féminin pour son interprétation dans le film La Belle Epoque, de Nicolas Bedos, s'est dite "heureuse" pour lui. "J'aime beaucoup beaucoup beaucoup Roman Polanski", a-t-elle ajouté à l'issue de la cérémonie, face à des journalistes attentifs. Le cinéaste, nommé 12 fois pour J'accuse, avait reçu plus tôt le César de la meilleure réalisation, provoquant colère et écœurement chez certains artistes présents sur place. L'actrice Adèle Haenel, devenue égérie de #MeToo en France, a même quitté la salle après l'annonce de ce prix remis au cinéaste franco-polonais.

Roman Polanski est visé depuis novembre par une nouvelle accusation de viol de la part de la Française Valentine Monnier. Il a également été condamné par la justice américaine pour relations sexuelles illégales avec une mineure en 1977. Tenant compte de ces faits, Fanny Ardant a pris sa défense : “Quand j’aime quelqu’un, je l’aime passionnément. Je suivrais quelqu'un jusqu'à la guillotine, je n'aime pas la condamnation. Après, il faut comprendre que tout le monde n’est pas d’accord mais vive la liberté”, a-t-elle conclu laissant la parole à Nicolas Bedos. Ce dernier a préféré se taire au sujet du prix remis à Roman Polanski, expliquant vouloir "laisser la parole aux femmes".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cinéma César Roman Polanski
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants